Archives mensuelles : mai 2014

[club] Anna Freud : S’imposer comme professionnelle

OLYMPUS DIGITAL CAMERAAnna Freud a du se battre pour que sa spécialité, la psychanalyse des enfants, soit reconnue et ait droit à la même dignité que la psychanalyse de adultes.

Pourquoi ce mépris ?

Tout d’abord, les grandes représentantes de la psychanalyse des enfants, Anna Freud et Mélanie Klein, ne sont pas médecins. Elles doivent donc d’abord se faire accepter comme profanes.

Ensuite, elles sont des femmes et elles doivent donc combattre un certain sexisme, même s’il est voilé.

De plus, le domaine des enfants est un domaine qui relève du féminin. On ne peut pas (en tout cas je ne peux pas) s’empêcher de penser que ce domaine est mépriser en raison d’un mépris du féminin.

[club] Anna Freud : Altruistic surrender

annafreud.15 Je trouve ce concept d’Anna Freud particulièrement intéressant. C’est le fait de vivre par procuration : le moi se défend contre l’angoisse en abandonnant ses ambitions pour celles d’un autre.

Cela m’a fait penser à toutes les théories qui mettent en avant la bonté et l’empathie des femmes….

Pourrait-on montrer que les femmes sont poussées à des soumissions altruistes  par les conditions dans lesquelles on les élève ? Peut-on « prédestiner » à des mécanismes de défense ?

D’autre part doit-on se méfier de l’altruisme ? Des mères et des gouvernantes qui vivent par procuration ?

Ceci ouvre une réflexion sur le travail social, l’aide….

[club] Anna Freud : sublimation ou dissimulation?

Anna-FreudD’après la biographe officielle Elizabeth Young-Bruehl, Anna Freud a sublimé ses penchants homosexuels dans son oeuvre. Elle a pu grâce à la sublimation renoncer à la sexualité. Sa relation avec Dorothy était de l’ordre de l’amitié.

Cela me paraît une version plausible.

Qu’elle est menti parce que l’homosexualité était mal vue, surtout chez les psychanalystes, ne paraît pas non plus complètement impossible.

Cela ne me paraît surtout pas si important.

Il y a autant de préjugés à refuser absolument son homosexualité qu’à refuser absolument sa chasteté.

Je ne trouve pas correct d’en faire la porte parole du mariage pour tous ou de l’homoparentalité, car ce n’était pas ses combats. Je ne dis pas qu’elle était contre, juste que c’est anachronique et incorrect.

Par contre on peut remarquer qu’après s’être opposé à son père sur la question de l’homosexualité, elle finit par se ranger à son avis et à ne pas condamner l’homosexualité (p.327)

Comme la question du père, la question de l’homosexualité d’Anna Freud nous empêche d’une lecture en profondeur de son oeuvre. C’est une manière de dévaluer son travail, et je trouve cela dommage. Je dois remarquer que cela arrive souvent quand les penseurs/artistes/ psychanlystes sont des femmes… C’est une façon courante de faire passer les femmes au second plan.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

[club] Anna Freud – Le projet et le jeu

b_221_anna_freud-7d8a6af4Anna Freud a livré une théorie sur les étapes-clés du développement de l’enfant. Parmi eux, le passage du jeu au travail. En cela, et en d’autres points, elle diffère de Mélanie Klein pour qui la cure intègre le jeu.

Cette question du statut du jeu me semble fondamentale, aujourd’hui plus que jamais, en pédagogie. Nombreux sont en effet les discours (notamment gouvernementaux) qui, aujourd’hui, prônent une autre manière d’enseigner, plus ludique et plus axée sur les compétences que sur les savoirs. Or, si l’on suit Anna Freud, adopter le jeu dans l’apprentissage à un moment où l’enfant est prêt à passer du jeu au travail, c’est l’infantiliser au lieu d’accompagner son développement.

Prendre en compte l’âge de l’élève pour y adapter sa pédagogie semble une évidence; de là découle que le métier d’enseignant n’est pas le même en fonction du type de classe prise en charge. Là encore, notre société actuelle va dans le mouvement inverse : les projets ministériels sont actuellement de fondre tous les prof en un seul corps, de faciliter le passage du primaire au secondaire, niant ainsi la spécificité de l’enseignement en fonction des âges des élèves.

Par ce seul point, la théorie d’Anna Freud est déjà capitale dans l’histoire de l’éducation et de la psychanalyse.

(club) Anna Freud : Masculine?

ifreuda001p1La biographe insiste beaucoup sur la masculinité d’Anna Freud (p.75). Elle se réfère pas à la théorie freudienne selon laquelle le masculin et le féminin coexiste chez chacun. Les filles pour devenir femmes devront accepter la blessure narcissique et renoncer au phallus, sinon elles vivront un complexe de masculinité.  Anna n’est pas un complexe de masculinité. Ou si ?

Je pense qu’Anna, comme d’autres femmes psychanalystes, sont des remparts à des interprétations trop simplistes ou conservatrices de la psychanalyse quant à la castration ou à l’envie de pénis. Anna est ainsi tout à fait disposée (p.430) à reconnaître que certaines remarques de son père étaient liées à des phénomènes sociaux comme l’exclusion des femmes du monde du travail.

Elle refuse simplement de penser que les différences entre les hommes et les femmes ne sont que le produit de la société. Pour les freudiens, la différence des sexes est radicale et les deux sexes souffrent de l’impossibilité d’être l’autre sexe.

Cependant ce qui est dérangeant avec cette insistance sur le côté masculin d’Anna, c’est cette impression que ce qui est positif (la sublimation, la création, l’action…) est masculin quand ce qui est négatif est féminin.

[club] Anna Freud – Inceste symbolique ?

AF_and_SFSi le rapport au père est si prégnant dans la vie d’Anna Freud, c’est parce que ce père est célèbre, qu’elle a choisit la même voie que lui, a gardé le même patronyme et a été son héritière intellectuelle et la garante de cet héritage.

Si l’on se penche à présent sur le rapport du père à sa fille, au moins une chose est très dérangeante : le fait qu’il la psychanalyse. Nous avons déjà dit que les règles de la cure analytique n’étaient pas les mêmes au début de la psychanalyse et maintenant ; mais on peut tout de même se demander comment Freud n’a pas envisagé le fait que cette trop grande proximité entre un analyste et son patient pouvait être dévastatrice. En dévoilant ses rêves et ses fantasmes à son père, c’est la frontière symbolique de l’intimité qui est brisée par Anna sur la demande de son père.

Cela équivaut-il à un inceste symbolique ?

[club] Anna Freud – La question du père, encore

479235_imagnoA son corps défendant, Anna Freud pose la question, éminemment psychanalytique, du poids du père dans la vie sentimentale d’une fille.

Elle ne s’est en effet jamais mariée mais a mené sa vie aux côtés d’une autre femme. Une interprétation hâtive y verrait un moyen de ne pas se détacher du père. Mais qu’en était-il vraiment ? Faut-il y voir un détour pour éviter un conflit, une séparation, ou un choix pleinement conscient pour épouser, justement, une voie difficile à suivre à son époque ?

[club] Anna Freud – La fille de

Anna-Freud-psychology-1348083-600-400C’est un lieu commun, mais il est difficile de commencer à parler d’Anna Freud sans commencer par signaler qu’elle est la fille de Sigmund Freud.

C’est un élément important de sa biographie.

Parce qu’elle est la fille de Freud, elle a très tôt entendu parler de psychanalyse et a facilement été introduit auprès de psychanalystes.

Parce qu’elle est la fille de Freud, elle a été analysée par Freud.

Parce qu’elle est la fille de Freud, elle a hérité des papiers de Freud, de la gestion de sa découverte… Parce qu’elle est la fille de Freud sans doute, elle a parlé en son nom après sa mort, s’est efforcé de défendre son héritage.

Cependant il serait très injuste de s’arrêter là. Anna Freud était beaucoup plus que la fille de Freud.

1°) Elle était une des filles de Freud, une des enfants de Freud. Elle n’était ni l’unique, ni la favorite. Elle n’avait même pas été désirée.

2°) Elle n’a pas été choisie pour hériter, elle n’a pas été forcée à la psychanalyse. Elle a choisi seule la psychanalyse, ce que ses frères et soeurs n’ont pas fait. Elle a mené une vie très active, a lié sans cesse pratique et théorie. Elle a pris des décisions, fait des choix…. Je pense que suivre son père, le défendre était un choix conscient

3°) Elle a enrichi la psychanalyse. Elle a apporté de nouveaux concepts, a développé la psychanalyse des enfants. Elle a fait bien plus que protégé la théorie de son père.

4°) Peut-être que si le père n’était pas si important en psychanalyse, on soulignerait moins qu’Anna Freud est la fille de Freud…. Je pense que ce serait mieux parfois… Il faut un peu laisser tomber la symbolique du père et se concentrer sur Anna, son travail, ses découvertes.

 

 

4°)