[club] Anna Freud – La fille de

Anna-Freud-psychology-1348083-600-400C’est un lieu commun, mais il est difficile de commencer à parler d’Anna Freud sans commencer par signaler qu’elle est la fille de Sigmund Freud.

C’est un élément important de sa biographie.

Parce qu’elle est la fille de Freud, elle a très tôt entendu parler de psychanalyse et a facilement été introduit auprès de psychanalystes.

Parce qu’elle est la fille de Freud, elle a été analysée par Freud.

Parce qu’elle est la fille de Freud, elle a hérité des papiers de Freud, de la gestion de sa découverte… Parce qu’elle est la fille de Freud sans doute, elle a parlé en son nom après sa mort, s’est efforcé de défendre son héritage.

Cependant il serait très injuste de s’arrêter là. Anna Freud était beaucoup plus que la fille de Freud.

1°) Elle était une des filles de Freud, une des enfants de Freud. Elle n’était ni l’unique, ni la favorite. Elle n’avait même pas été désirée.

2°) Elle n’a pas été choisie pour hériter, elle n’a pas été forcée à la psychanalyse. Elle a choisi seule la psychanalyse, ce que ses frères et soeurs n’ont pas fait. Elle a mené une vie très active, a lié sans cesse pratique et théorie. Elle a pris des décisions, fait des choix…. Je pense que suivre son père, le défendre était un choix conscient

3°) Elle a enrichi la psychanalyse. Elle a apporté de nouveaux concepts, a développé la psychanalyse des enfants. Elle a fait bien plus que protégé la théorie de son père.

4°) Peut-être que si le père n’était pas si important en psychanalyse, on soulignerait moins qu’Anna Freud est la fille de Freud…. Je pense que ce serait mieux parfois… Il faut un peu laisser tomber la symbolique du père et se concentrer sur Anna, son travail, ses découvertes.

 

 

4°)

Ce contenu a été publié dans discussions. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

3 réponses à [club] Anna Freud – La fille de

  1. admin dit :

    Ton rappel des choix d’Anna Freud sont importants ; en effet, s’il entre dans sa vie une part de déterminisme, son destin est loin de s’y arrêter.
    Je crois que malgré tout, on est toujours amené à se poser cette question, face à un tel parcours : et si elle n’avait pas été la fille de Freud, quels choix aurait-elle fait ?

  2. daisy dit :

    On peut se poser la question bien sûr, mais je ne la trouve pas très pertinente car on est ce qu’on est, et on a les parents que l’on a.
    De plus pourquoi cette question seulement? On peut aussi se demander et si elle avait été un garçon? et si elle s’était mariée avec Jones? ou encore si Freud lui avait interdit d’exercer? et si? et si?

  3. admin dit :

    Oui, avec des “si” on mettrait Paris etc. En tout cas c’est une question que moi je me pose, plus que les autres que tu soulèves, même si elle ne peut trouver aucune réponse !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *