Catégories
actualités

Jessica Jones et la culture du viol

Notre dernier épisode est en ligne! Il parle de la série Jessica Jones créée par Melissa Rosenberg avec Krysten Ritter dans le rôle titre.

. .
Krysten Ritter dans Jessica Jones

Et si nous avions des super -pouvoirs?

C’est une histoire de super-héroïne Marvel avec ses questions habituelles sur l’héroïsme, la responsabilité et les progrès scientifiques, son lot de clichés (héroïne orpheline, complot très compliqué…) et aussi ses défauts (manque d’intersectionnalité, fatalisme…).

Toutefois nous souhaitons distinguer cette série car elle allie le fond et la forme pour dénoncer la culture du viol. Attention l’article contient quelques spoilers sur la saison 1!

Un super-pouvoir pour illustrer l’emprise

Kilsgrave, le méchant de la saison 1, a le pouvoir de faire faire aux gens ce qu’il veut. Il remplace la volonté de ses victimes par la sienne…. 

Hope a sorti un pistolet de son sac et tiré à multiples reprises sur ses parents mais c’est Kilsgrave qui les a tués. Il n’était pas là au moment des faits, il n’était pas là quand Hope a mis l’arme chargée dans son sac mais il a planté dans l’esprit de Hope l’envie de les tuer. Hope n’est pas inconsciente au moment des faits, elle est même consciente de vouloir tuer ses parents, elle est capable de planifier, de choisir le moment où elle ne pourra pas les manquer…. Après le crime, Hope est dévastée, elle peut témoigner du pouvoir de Kilsgrave mais elle n’est pas convaincue de son innocence.

Jessica Jones, elle aussi victime de Kilsgrave l’est et se donne la dure mission de prouver que le pouvoir de Kilsgrave de contrôler les esprits existe.

Remarquons que l’emprise mentale ou le contrôle coercitif sont des phénomènes documentés et que l’on a de nombreux témoignages. Cependant les victimes ont du mal à être entendues et respectées. Pourquoi ?

Parce que la culture du viol

Kilsgrave incarne la culture du viol

La culture du viol c’est d’abord la négation du consentement. Et le pouvoir de Kilsgrave symbolise cette négation. Jessica le lui dit clairement dans l’épisode 8 : “Not only did you physically rape me but you violates every cell in my body and every thought in my godamm head

Kilsgrave nie l’accusation en arguant sur le décor : tout s’est passé dans des hôtels et des restaurants de luxes, comment cela pourrait-il être un viol? Cette remarque renvoie au scénario stéréotypé du viol dans une ruelle sombre… Il y a aussi l’idée que toutes les femmes sont à vendre, et qu’il a payé et mériterait donc un peu de reconnaissance… Ces clichés sur le scénario du viol et les femmes nourissent la culture du viol.

Un autre élément de la culture du viol est le retournement de culpabilité : on se met à plaindre l’agresseur et on accuse la victime. Kilsgrave essaye de se rendre sympathique en soulignant ses efforts pour ne pas toujours utiliser son pouvoir, son enfance difficile ou son amour pour Jessica. Tout ce qu’il voulait selon lui c’était l’amour de Jessica ou tout au moins un peu de reconnaissance, un sourire.

D’abord, il prétend cet « amour » réciproque : elle a choisi de rester avec lui, preuve que cela ne devait pas être si déplaisant, non? Dans l’épisode 10, Jessica raconte qu’elle a essayé de partir mais il l’a très vite recontrôlée avec son pouvoir. Il essaye de lui dire que les choses ne se sont pas passées comme elle le dit mais elle a une cicatrice pour prouver que sa version est la plus proche de la vérité.  Dans l’épisode 9, il essaye de diminuer le rôle de son emprise. Jessica a tué une femme selon sa volonté, mais il prétend lui avoir seulement demander de s’en occuper. Il veut ainsi la faire douter de son innocence, la faire culpabiliser. C’est aussi son intention quand il la traite d’ingrate qui n’a jamais apprécié tout ce qu’il a fait pour elle dans l’épisode 10.

Du côté des survivantes

Nier le consentement et blâmer la victime… Jessica Jones n’est pas la seule série à mettre en évidence ces deux caractéristiques de la culture du viol.

Mais Jessica Jones fait mieux… elle décrédibilise voire ridiculise les arguments des agresseurs… Kilsgrave a le profil du héros de romance (riche, britannique et une blessure secrète) mais il est le méchant de l’histoire, et comme c’est une histoire Marvel, il n’y a pas d’ambiguïté. Tous ses efforts pour se poser en victime (Ouin ouin : mes parents m’ont torturé… Ouin ouin : je ne sais jamais si les gens consentent car mon pouvoir est trop fort) sont presque comiques…. Il n’y a pas d’empathie avec Kilsgrave, pas d’himpathy pour reprendre le concept de la philosophe Kate Manne.

C’est d’abord dans sa forme que Jessica Jones s’oppose à la culture du viol. Elle adopte le point de vue des victimes, victimes qui ne correspondent pas aux stéréotypes. Jessica a une force physique surhumaine, elle boit, elle aime faire l’amour. Trish est riche et célèbre… Elles ne sont pas de pauvres femmes attaquées dans un parking. Mais elles sont des victimes qui deviennent des survivantes … C’est leur liberté : choisir de survivre. Jessica Jones le dit dans le dernier épisode : « J’avais le choix, j’ai choisi de survivre ».

De plus notons que les scènes de viol sont hors caméra. On évite ainsi toute esthétisation et on permet aussi aux victimes de ne pas revivre le trauma, de pouvoir réfléchir.

Pour aller plus loin

On Jessica Jones, rape doesn’t need to be seen to be devastating – The Verge

Jessica Jones: shattering exploration of rape, addiction and control

Suárez Tomé, Danila; Rubien, Mariela; Miradas femeninas en pantalla: El caso Jessica Jones; Universidad de Ciencias Empresariales y Sociales; Verba Volant; 7; 2; 9-1-2018; 67-79

Shana MacDonald, “Refusing to Smile for the Patriarchy, Journal of the Fantastic in the Arts, Vol. 30, No. 1 (104) (2019), pp. 68-84 (17 pages).

Catégories
actualités

Interview – Christophe Furon : Les femmes pendant la Guerre de Cent ans

Nous recevons aujourd’hui Christophe Furon. Christophe Furon est agrégé d’histoire et docteur en histoire médiévale. Spécialiste de la Guerre de cent ans, il a consacré une grande partie de ses recherches aux compagnons d’armes de Jeanne d’Arc, Poton de Xantrailles et La Hire et a récemment publié Les écorcheurs : violence et pillage au Moyen Âge (1435-1445), aux éditions Arkhè.

. .

Avec lui, nous parlons de la place des femmes dans la Guerre de Cent ans et de l’état de la recherche en Histoire sur ces grandes oubliées que sont les femmes en général.

NB : Jeanne Hachette défend Beauvais contre les Bourguignons, pas les Français !


Pour aller plus loin

Astrid de Belleville« Jeanne de Belleville, la véritable histoire », Centre vendéen des recherches historiques, 2023.

Adrien Dubois, « Femmes dans la guerre (XIVe-XVe siècles) : un rôle caché par les sources ? », Tabularia, Les femmes et les actes, 2004, http://journals.openedition.org/tabularia/1595

Christophe Furon, « « Et libido precipitare consuevit » : viols de guerre à Soissons en 1414 », Questes, 37 | 2018, http://journals.openedition.org/questes/4452

Christophe Furon,  Les écorcheurs : violence et pillage au Moyen Âge (1435-1445), Arkhè, 2022. 

Louise Gay, « Bellatrices Reginae : les reines de France et d’Angleterre entre guerre et diplomatie (XIII e – XIV e siècle) » (thèse en cours de préparation à l’Université Sorbonne Paris Nord)

Monique Sommé, Isabelle de Portugal Duchesse de BourgogneUne femme au pouvoir au XVe siècle, Villeneuve d’Ascq, Presses Universitaires du Septentrion, 1998

Catégories
actualités

En cas de malheur, ne laissez pas Yvette mourir pour rien

You don’t own me/ Don’t say I can’t go with other boys. « You don’t own me », Lesley Gore (1963)

Le scandale du féminicide

En cas de malheur, le récit de Simenon fidèlement adapté à l’écran en 1958 par Claude Autant-Lara est scandaleux. Attendez que je vous explique pourquoi avant de me traiter de prude, de rétrograde ou de moraliste ! Je ne parle pas de scandale en raison des scènes de sexe explicites, de la nudité de Brigitte Bardot ou de l’adultère. Simenon a un scénario original, engagé et stimulant. Un avocat malhonnête, Gobillot, s’éprend d’une cliente prostituée, Yvette ; qui le trompe avec un étudiant idéaliste, Mazetti. Ce synopsis change du scénario classique de l’adultère et pose des questions pertinentes. Qui est le plus jaloux : le jeune idéaliste, le vieux désabusé ou son épouse modèle censée fermer les yeux ? Qui exploite qui ? Qui est responsable : les personnages, leurs parents, la société ? Une bonne critique sociale. Le dénouement néanmoins vient tout gâcher. En cas de malheur est scandaleux car c’est un récit qui tue une femme pour rien. Écoutez notre analyse dans notre podcast ou poursuivez la lecture.

. .
Brigitte Bardot dans le rôle d’Yvette, 1958.

Une femme de vingt ans qui meurt avant d’avoir vécu sa vie, c’est révoltant. Une femme innocente qui meurt, c’est enrageant. La mort d’Yvette permet de retourner à la situation initiale. Si la morale traditionnelle qui prône la fidélité et réprime la sexualité des femmes a un moment été défiée, elle finit par gagner. Yvette est comme punie pour avoir voulu vivre autrement. Une jeune femme innocente qui meurt pour rien sans que personne ne proteste, c’est scandaleux. À la fin du récit, le vieil amant « [continue] à défendre des crapules »(Simenon, 1989 [1956] : p.513), l’amant assassin n’a aucun remords et son avocat se démène pour lui éviter une lourde peine (Simenon, 1989 [1956] : p. 512-13). Le vieil amant aide d’ailleurs la défense de l’amant assassin…. L’écrivain peut conclure son récit et passer à autre chose. Et Yvette ? On l’enterre à la sauvette. Personne ne la plaint, personne ne la pleure, personne ne crie : « Plus jamais ça ». De même, avant sa mort, personne n’avait essayé de la protéger. La fin du roman n’est ni imprévisible ni inéluctable. La mort d’Yvette aurait pu être évitée car elle était annoncée. En cas de malheur illustre le continuum féminicidaire (Taraud, 2022).

Chronique d’une mort annoncée

Tout d’abord, des indices de la violence du meurtrier, Mazetti, sont données très tôt. Yvette se confie à Lucien Gobillot[1] : elle a peur de rentrer seule (Simenon, 1989 [1956] : p.450). Elle explique que son jeune amant la surveille et lui fait peur : « Dans l’état où il est, il est capable de tout » (Simenon, 1989 [1956] : p. 452). Yvette révèle que l’alcool le rend violent, elle ne termine pas sa phrase mais on comprend qu’il s’en est pris à elle physiquement lorsqu’il était ivre (Simenon, 1989 [1956] : p. 458). Face à ces informations, Gobillot ne s’inquiète pas pour Yvette mais pour lui. Quand Yvette dit « c’est que j’ai peur, surtout pour toi » (Simenon, 1989 [1956] : p. 451), il ne retient que la seconde partie de la phrase. Gobillot a peur que Mazetti l’agresse mais surtout qu’il parvienne à ses fins et le prive d’Yvette. Le jeune homme souhaite en effet qu’elle quitte Gobillot pour l’épouser (Simenon, 1989 [1956] : p. 452). Si Gobillot s’efforce d’isoler la jeune femme, c’est pour la garder pour lui. En effet, il aurait sans doute été plus prudent de l’éloigner de Paris.

Mais Gobillot est tout aussi possessif et jaloux que Mazetti. Il téléphone sans cesse à Yvette, passe ses nuits avec elle pour la surveiller (Simenon, 1989 [1956] : p. 469). Lorsqu’il organise son déménagement, il ne parle pas de sauvetage mais d’enlèvement. Il agit pour enlever Yvette à son rival et c’est pourquoi il lui interdit de sortir, un comportement qui n’est pas sans rappeler le narrateur de La Prisonnière de Proust (Delale, Pinel&Tachet, 2023 : chapitre 4). Gobillot confesse en effet une « passion pour Yvette », passion est à comprendre au sens d’addiction ou d’obsession : « je ne peux me passer d’elle » (Simenon, 1989 [1956] : p. 474). Malgré les indices, Gobillot est incapable de voir qu’Yvette est en danger car il est aveuglé par cette « passion pour Yvette » où celle-ci n’existe pas comme une personne. Lucien est le premier concerné par ce que Duras décrit chez les spectateurs de Bardot, l’interprète du rôle d’Yvette en 1958 : « Elle s’adresse chez l’homme, avant tout, à l’amour narcissique de lui-même. Si une femme comme celle-là m’était livrée, pense l’homme, je la ferais, jusqu’à la folie, à ma façon » (Duras, 2014 [1958] : p. 300). Gobillot ne pense qu’à son Yvette, celle dont il fait ce qu’il veut. Si la disparition d’Yvette compte si peu, c’est parce qu’elle n’est qu’un fantasme aux yeux de Gobillot, de l’écrivain et de beaucoup de spectateur.ices.

Yvette: évitée, abusée et assassinée

Gobillot confie que son attirance pour Yvette est sexuelle, même s’il ne s’explique pas tout à fait pourquoi il est plus attaché à elle qu’à ses précédentes maîtresses (Simenon, 1989 [1956] : p. 433, 472). « Yvette, comme la plupart des filles qui m’ont ému personnifie pour moi la femelle » (Simenon, 1989 [1956] : 473). Lucien ne dit pas qu’Yvette est une femelle mais qu’elle la « personnifie pour lui ». C’est son point de vue. Le récit de Simenon est en effet écrit à la première personne : le lectorat n’a donc accès qu’au point de vue de Gobillot et à l’Yvette qu’il fantasme. Celle-ci est une femelle disponible pour satisfaire « sa sexualité pure » (Simenon, 1989 [1956] : p. 472). Ainsi on retrouve dans le récit les clichés de la pornographie : la femme sans culotte qui écarte les jambes dès la première rencontre (Simenon, 1989 [1956] : p.421), la scène saphique et le plan à trois (Simenon, 1989 [1956] : p. 479). Ni Gobillot ni Simenon ne s’intéresse à la femme derrière le fantasme, Yvette est un personnage évité (Delale, Pinel & Tachet, 2023 : p. 64). On sait qu’elle a organisé un hold-up pour arrêter le trottoir. Fille de fonctionnaires, elle a un jour décider de « tenter [sa] chance à Paris » (Simenon, 1989 [1956] : p. 418-19). Quel était son plan initial ? Et pourquoi insiste-t-elle sur le fait qu’elle ne lit pas de romans mais les journaux ? Toutes les questions sur Yvette restent sans réponse, elle n’est pas le sujet de l’histoire, sujet au sens de thème mais aussi de personnage agissant. Annie Ernaux reconnait en Yvette celle qu’elle était en 1958 : une jeune femme franche dont les hommes abusaient car elle ignorait les règles du jeu de la « séduction » (Ernaux, 2018 [2016] : p.59).

Yvette est une femme abusée. Aucun de ses partenaires sexuels, ni les hommes qui se disent amoureux, ni les femmes qui se disent ses amies ne la protège et cela conduit à sa mort. Pour Simenon, la mort d’Yvette est un moyen de conclure son récit. Remarquons que c’est un moyen habituel de résoudre les passions amoureuses (Bayard, 2007 : p. 140). Yvette aurait pu s’enfuir avec Jeanine à la campagne, trouver un amant à la fois jeune et riche ou rentrer dans sa famille à Lyon. Ainsi, Gobillot aurait aussi été « délivré » de son obsession. Certes, il resterait une possibilité de la retrouver, mais l’écrivain aurait pu décider qu’il ne la chercherait pas. Choisir de tuer Yvette ou de la laisser en vie revient à juger ce qu’elle incarne. On sait peu de chose sur Yvette, mais elle incarne la liberté et le refus du destin traditionnel des femmes de la bourgeoisie. Elle refuse d’être la fille de ou la femme de , elle se bat pour survivre et surtout rester libre. Par exemple, elle organise le hold-up et quand celui-ci échoue, elle va chez un avocat réputé pour innocenter des criminels. Si Yvette sort vivante du récit, sa liberté, son non-conformisme sont saufs également, si elle meurt, elle est punie pour avoir voulu vivre autrement. Simone de Beauvoir remarque que les personnages de Brigitte Bardot remettent en cause le mythe de l’Éternel féminin (Beauvoir, 1959) : cela est vrai pour Yvette seulement si on ignore la fin, sa mort dont personne ne se soucie.

Mais notre indignation n’est-elle pas exagérée ? Aucune femme n’est véritablement tuée, En cas de malheur n’est qu’une fiction. « Quand bien même la fiction n’est pas le réel, la fiction agit directement sur le réel, et en partie au service de la société réelle. » (Delale, Pinel & Tachet, 2023 : 21). A force de voir mourir les femmes sans que personne ne proteste, on s’habitue et on proteste moins dans la vie réelle. A force de voir mourir des femmes qui revendiquent le droit à la liberté et au plaisir, on finit par croire qu’elles l’ont cherché. A force de voir des personnages féminins qui sont des fantasmes masculins, on prive les femmes de leur fantasme ou tout au moins d’exprimer leurs fantasmes (Chollet, 2021 : chapitre IV). Dans le récit de Simenon, la première personne indique au lectorat qu’il s’agit de la version de Gobillot. Dans le film, il n’est pas aussi évident de s’en rendre compte. Lorsque Brigitte Bardot dit qu’elle est une femelle, comment savoir que ce sont en fait les mots que l’écrivain a attribué à l’amant ? Le continuum féminicidaire, ce n’est pas seulement les indices de la violence du féminicide et l’inconscience de l’entourage, c’est aussi la société qui banalise les meurtres de femmes, même fictionnels (Taraud, 2022). Reste qu’on peut toujours lire Simenon aujourd’hui par antiphrase, ce que Christine de Pizan recommandait face aux écrits misogynes qui décrivaient des femmes qui n’existaient pas (Pizan, 2021 [1405]). En cas de malheur nous montre alors comment éviter un féminicide : en prenant au sérieux les menaces et la jalousie. Il nous encourage aussi à nous intéresser aux personnages féminins évités.

Bibliographie

BAYARD Pierre, 2007, Comment parler des livres qu’on n’a pas lus ?, Paris, Minuit.

BEAUVOIR Simone de, 1959, « Brigitte Bardot and the Lolita syndrome », Esquirre, https://classic.esquire.com/article/1959/8/1/brigitte-bardot-and-the-lolita-syndrome (consulté le 21 juin 2024)

CHOLLET Mona, 2021, Réinventer l’amour. Comment le patriarcat sabote les relations hétérosexuelles, Paris, La Découverte.

DELALE Sarah, PINEL Élodie & TACHET Marie-Pierre, 2023, Pour en finir avec la passion. L’abus en littérature, Paris, Amsterdam.

DURAS Marguerite 2014 [1958] , « La reine Bardot » dans Outside, Paris, Gallimard, p. 296-300.

ERNAUX Annie, 2018 [2016], Mémoire de fille, Paris, Gallimard.

PIZAN Christine de, La Cité des dames, 2021 [1405] Paris, Le Livre de poche.

SIMENON Georges, 1989 [1956], « En cas de malheur » dans Tout Simenon, tome 8, Paris, Presses de la cité, p. 407-413.

TARAUD Christelle, 2022, Féminicides. Une histoire mondiale, Paris, La Découverte.


[1] Dans le film, le personnage s’appelle André Gobillot.

Catégories
actualités

Interview de Nina Menkes

Une réalisatrice engagée

Nina Menkes est une réalisatrice qui est née à Jérusalem et a grandi en Californie. Elle enseigne au California Institute of the Arts à Santa Clarita. Nous avons découvert son travail grâce à son film documentaire Brainwashed: Sex-Camera-Power disponible sur Arte.

Elle nous fait l’honneur de nous parler des femmes sur l’écran et derrière la caméra ainsi que du langage visuel de l’oppression souvent résumé par l’expression male gaze.

Le male gaze

Comment vivent les réalisatrices à Hollywood ? C’est quoi le male gaze ? Vous voulez des exemples précis et enfin comprendre c’est quoi le problème avec le male gaze ? Peut-on filmer des scènes de sexe sans male gaze ? Pour répondre à ces questions, écoutez notre interview de Nina Menkes, la réalisatrice de Brainwashed: Sex-Camera-Power.

. .
Le documentaire de Nina Menkes est disponible en DVD.

Nina nous a épatées par ses réponses claires et sincères ainsi que ses exemples pertinents. Ses arguments sur le male gaze au cinéma nous ont rappelé les nôtres sur les points de vue confisqués en littérature dans Pour en finir avec la passion.

. .
nina menkes by ondrea barbe smile love

Pour aller plus loin

https://www.arte.tv/fr/videos/110260-000-A/brainwashed-le-sexisme-au-cinema/

https://www.champselyseesfilmfestival.com/2023/en/avant-premieres/movie-604-brainwashed-sex-camera-power

https://www.berlinale.de/de/2022/programm/202200805.html

Laura MULVEY, « Plaisir visuel et cinéma narratif » dans Au-delà du plaisir visuel, éd. Mimésis 2017 [1975].

Films cités en exemple dans l’interview par Nina Menkes :  Lost in translation de Sofia Coppola (2003), Magdalena Viraga de Nina Menkes (1986), Saint Omer d’Alice Diop (2022), Sans toit ni loi d’Agnès Varda (1985), Titane de Julia Ducourneau (2021)

Transcription et traduction

L’interview est en anglais: la traduction et la transcription sont disponibles ci-dessous. Erratum : Nina Menkes est née à Jérusalem.

Catégories
actualités

Interview – Manuel Alduy (Francetv) : Cannes et #MeToo

Alors que se tient le festival, la presse française titre beaucoup sur #MeToo, avec un focus particulier sur Judith Godrèche. La projection de son court-métrage Moi aussi a fait événement, comme la montée des marches de son équipe le 15 mai ; le geste symbolique de se couvrir la bouche relayée depuis sur les réseaux sociaux semble symbolique d’une montée impuissante de ce sujet dans le milieu du cinéma.

Au même moment, le monde fait sa une sur le #MeToo français, une polémique naît autour de l’idée d’une feuille de route de lutte contre les VSS de Vincent Lindon, à laquelle s’ajoute la rumeur d’une liste de noms d’agresseurs qui circuleraient on ne sait pas trop.

Bref, de l’extérieur, Me Too semble le sujet cannois…

Or, le festival est surtout un gigantesque salon professionnel permettant les rendez-vous, signatures de contrats et la naissance de nouveaux projets.

Qu’en est-il vraiment ?
Pour y répondre, nous recevons aujourd’hui Manuel Alduy, directeur du cinéma et de la fiction chez France Télévisions et nous l’interviewons à Cannes pour le 77e Festival du film.

. .

Manuel Alduy, vous êtes au festival depuis son ouverture mardi. Le sujet #MeToo a-t-il été présent dans vos discussions professionnelles avec vos partenaires ? Et est-ce qu’il y a un discours différent sur le sujet selon que vous échangez avec des femmes ou avec des hommes ?

Bonjour, merci pour la quasi triple question. En fait, le festival de Cannes, c’est pour l’industrie du cinéma et tous les partenaires, notamment les diffuseurs comme France Télévisions ou d’autres, le moment le plus important de l’année parce que c’est le festival de cinéma le plus important du monde en termes de couverture médiatique, en termes d’importance économique pour le secteur.

Et donc, en soi, toutes les tensions, tous les sujets que la filière peut traiter le reste de l’année, à Cannes, prennent une ampleur un peu plus exagérée, un peu plus aiguë. #MeToo a quand même été un sujet pour le cinéma français sur les derniers mois écoulés. Il y a eu une secousse avec les révélations de Mediapart sur le cas de Gérard Depardieu il y a un an, en mars 2023. Ensuite, un complément d’enquête sur Depardieu, puis, début février, Judith Godrèche qui a relancé le sujet. Et ensuite, le #MeToo garçon. Donc, en fait, il était inévitable d’avoir #MeToo dans les conversations. Ce n’est pas le seul sujet, mais c’est impossible et ça aurait été désastreux que #MeToo ne soit pas quelque part dans les conversations.

Deuxièmement, je pense que, pour des raisons de manipulation contre #MeToo, des gens anonymes sur les réseaux sociaux, Twitter pour ne pas le nommer, ont voulu laisser penser, 15 jours avant, qu’il y avait une liste, une espèce de traque, à dix noms, par des journaux d’enquête comme Mediapart. Et ça, ça a remis une pièce dans le jukebox des conversations professionnelles. Mais collectivement, on sait que cette liste n’était pas là pour dire #MeToo avance mais que #MeToo était une affaire de corbeau, de délation anonyme, puisque sur ces sujets, vous avez deux façons de voir le sujet. Soit vous le prenez du côté des accusés, soit vous le prenez du côté des victimes. Avoir une liste de victimes qui témoignent : « j’ai été abusé, voilà mon histoire », ça c’est une chose. Dire « on n’a rien à vous donner en terme de preuve, un tel et un tel est coupable », c’est une autre démarche. C’est de la diffamation et ça dessert en fait le sujet. Depuis, ça a été très bien expliqué par des journaux, Mediapart a dit qu’ils ne travaillaient  pas sur une liste – ils travaillent sur des cas, mais ils ne travaillent pas sur une liste. Ce sujet de la liste est arrivé un petit peu avant le festival, avant qu’on n’arrive à Cannes. C’est vrai que dans les 48 premières heures du festival, c’était encore un peu dans les têtes de certains et de certaines. Comment il aurait fallu gérer cette liste ? Est-ce qu’on aurait dû demander aux journaux qui étaient nommés de réagir plus vite ?

Enfin, c’est un autre débat, mais oui, on en a un peu parlé. Comme la parole entraîne la parole, plus de cas d’abus dans le cinéma ont été révélés ces derniers mois, tout le monde est arrivé à Cannes en se disant « et si jamais, pendant Cannes, un film est abimé par la révélation qu’un de ses talents est accusé de violences sexuelles ? ». Après, chacun s’y prépare comme il l’entend. Nous, on a une façon de gérer qui est un peu désynchronisée par rapport à un festival. Chez nous, sur la télévision, on ne censurera jamais les films. On ne va pas diffuser un film dans le chaud de l’affaire, sinon on pourrait dire qu’on est indifférent. Et troisièmement, si les cas d’accusation sont nombreux, et pas forcément tous répréhensibles, on n’aura plus envie de célébrer, en tant que soirée spéciale ou thématique, la personne incriminée. Ça n’a rien à voir avec la question de présomption d’innocence.

Ce n’est pas agréable d’avoir à penser à ça, mais je pense que le cinéma a besoin d’être exemplaire, et donc, il faut aider à ce que la parole soit écoutée. La vraie différence entre  aujourd’hui et il y a longtemps, il y a cinq ans, il y a dix ans, il y a quinze ans, c’est qu’il y a toujours eu des cas choquants. Simplement, aujourd’hui, davantage de personnes pensent qu’elles peuvent dire qu’elles étaient choquées sans risquer des représailles.

France Télé soutient la lutte contre les VSS (renommée récemment VHSS, pour violence et harcèlement sexuel et sexiste), notamment par la diffusion du court-métrage de Judith Godrèche, Moi aussi. Il y aura une diffusion d’abord dans C ce soir, le 23 mai, et ensuite sur Culture Box, le 25 mai. Quelle a été la genèse de votre soutien à ce projet et en quoi est-ce qu’il rejoint le line-up ou les engagements de France Télévisions ?

France Télévisions a eu cette démarche, depuis longtemps grâce à notre présidente Delphine Ernotte en 2015, d’amener davantage de parité dans la fabrique de images, c’est-à-dire les personnes qui réalisent ces fictions. Il y a depuis longtemps un quota de réalisatrices sur les fictions télé. Le nombre d’expertes et d’experts sur les plateaux et les émissions est arrivé à la majorité sur l’ensemble des magazines. On pense que davantage de parité dans le cinéma, devant et derrière l’écran, ça va aider ce sujet, la prévention des violences sexuelles dans la fabrique du cinéma. Donc ça, c’est le cadre général.

Pour le long-métrage, on a suivi le sujet sur les violences conjugales avec Jusqu’à la Garde, diffusé en France Télévisions  Il y a eu aussi Les chatouilles d’Andréa Bescond. Donc on est dans un sujet qui est à la fois un sujet éditorial et politique.

Quand Judith Godrèche est venue nous présenter son envie de faire un film, un court-métrage, avec un dispositif, qui n’est de tourner en une seule journée, avec le plus de victimes dans l’installation, on s’est dit, oui, il faut qu’on en soit. Je me souviens, lors du premier rendez-vous, qui était le jour des Césars, on a confirmé qu’on pré-achèterait ce film. L’objectif était qu’il soit prêt pour le Festival de Cannes, et qu’il serve à poursuivre la prise de conscience générale.

Ce qui est très fort dans le film Judith Godrèche – ce n’est pas la première fois que ça arrive dans le cinéma – c’est que quand on montre les victimes, les vraies personnes, ça a une valeur, je pense, documentaire et émotive énorme. Et c’est ça qui est bien dans ce film.

Par ailleurs, on est partenaire du Festival de Cannes, on cherche toujours à avoir des choses à montrer qui soient en lien avec ce festival parce que nous voulons faire vivre le festival à tous en France à travers nos émissions. En fait, il y avait vraiment des arguments éditoriaux, politiques et stratégiques évidents pour nous pour accompagner ce projet.

Le CNC, de son côté, a organisé une rencontre sur les VHSS, malheureusement, seulement accessible sur invitation. Le même CNC conditionne désormais l’éligibilité de ces aides à la formation des sociétés de production à la lutte contre les VHSS. Cette formation va s’étendre à partir de juillet 2024 à toute l’équipe d’un tournage pour chaque tournage. Que pensez-vous de cette décision et de manière générale la politique du CNC sur les VHSS ?

Le CNC a bien agi. Je me souviens qu’il y a deux ans, quand les premières formations obligatoires sont arrivées, certains producteurs considéraient que c’était un peu gonflé, inutile.

En tant que salarié administratif de France TV, on a tous fait une formation sur la violence et le harcèlement sexuel en entreprise. On se surprend toujours à apprendre des choses.

Donc, je pense que le CNC a bien travaillé dans un secteur qui a un mode de fonctionnement que le grand public commence à comprendre, qui est compliqué. Pourquoi ? Parce qu’on n’est pas dans une industrie qui travaille avec des salariés qui viennent le matin au bureau et qui s’en vont le soit. A un moment, un film, c’est juste un scénariste. Après, il y a le moment de casting, on est forcément plus nombreux. Ensuite, il y a un moment de production, de tournage. Là, il y a beaucoup de monde. Parfois, il y a des gens qui se voient aussi le soir. Le tournage ne se Passe pas dans leur ville. Comment on régule ces moments ? Après, il peut y avoir des soirées de fin de tournage,  des moments post-tournage à gérer.  La prévention des violences sexistes et sexuelles sur un lieu de travail, dans un cadre d’entreprise normal, on voit à peu près comment ça doit se passer. Il y a des représentations personnelles, il y a des process, il y a des formations. C’est déjà en gros un gros sujet. Mais sur la production artistique d’un film qui est un processus technique beaucoup plus diffus, ça pose des vraies questions. 

J’ai entendu des productrices et des producteurs me dire, par exemple, ne pas voir l’intérêt de passer une demi-journée à leur expliquer ce qu’il faut faire et ne pas faire sur ce sujet des VHSS. On s’est quand même tous rendu compte que plus on en parle, mieux on arrive à prévenir les risques. Parce qu’on décourage les agressions potentielles. Mais ce n’est pas forcément simple ; il faut reconnaître que ce n’est pas facile. Il faut des formations supplémentaires.

Pour revenir à votre question, je pense que ce sont des bonnes actions qui prennent du temps. Il ne faut pas sous-estimer la particularité du cinéma, comme tout au sein du spectacle vivant, théâtre, concert, etc.

Dans son discours d’ouverture, Camille Cottin a dit que, je cite, « les rendez-vous professionnels nocturnes dans les chambres d’hôtels des messieurs tout-puissants ne font plus partie des us et quittons du vortex cannois ». Alors, question simple, est-ce vraiment le cas ? J’ajoute une observation pour ceux qui ne connaissent pas Cannes en temps de festival. Le dispositif du festival inclut des suites d’hôtels qui sont louées par des professionnels, diffuseurs, producteurs, pour organiser des rendez-vous, et où une grande partie de l’activité, y compris professionnelle, se fait la nuit, dans une atmosphère pratiquement de discothèque à ciel ouvert. Est-ce que tout cela n’est pas propice aux abus ? Et où en est-on vraiment dans les us et coutumes, pour reprendre le terme du vortex cannois ? 

Alors, en fait, il y a plusieurs Cannes. Par exemple, France Télévisions a créé un espace avec Brut, notre éco-partenaire du Festival, qui est un espace à ciel ouvert dans lequel on fait cet enregistrement. On passe notre journée là. C’est un espace qui nous est prêté par le Festival de Cannes. Vous pouvez témoigner, il n’y a pas de chambre. C’est un espèce d’immense hangar, d’une transparence technique totale. Donc, c’est notre façon de travailler. 

Ensuite, il y a effectivement beaucoup de producteurs, plutôt des distributeurs d’ailleurs, qui n’ont pas envie de louer des espaces de travail dans le palais du Festival, où se passe le marché des film. Ces espaces, ce sont des stands. C’est comme le salon du livre. Donc là aussi, c’est transparent. C’est là que les rendez-vous professionnels se font le plus souvent. 

Les suites sont réservées à des quelques sociétés parce qu’elles sont hors de prix ; il y a  aussi des appartements louées à des Cannois qui s’en vont.

Et cette année, le seul sujet qui peut demeurer, c’est que Cannes, c’est douze jours non-stop. Même la nuit. Les films, les projections sont en fin d’après-midi. Les équipes de films se retrouvent avec leurs partenaires vers 23h ou 22h. Vous ne croisez – la ville n’est pas grande – que des professionnels partout, tout le temps, le matin, le midi, le soir et la nuit. C’est vrai qu’il y a un vortex cannois, un petit côté usine. 

Ce qu’il se passe la nuit, franchement, j’en sais rien. Les yachts, c’est un peu un mythe, parce qu’il y a très peu de gens qui ont les moyens d’avoir un yacht. Soit au yacht est au port, mais franchement, yachts et suites, c’est un peu pour la mythologie. C’est un peu le Cannes d’avant.

Aujourd’hui, la filière est quand même un peu plus fauchée, on fait assez attention. Moi, je ne pense pas qu’on découvrira dans trois ans, cinq ans ou dix ans, des cas qui se seraient déroulés cette année. Par contre, on a besoin de parler de ce qui s’est passé il y a dix ans ou il y a vingt ans, à un autre moment, où Cannes était moins médiatisé, mais un peu moins.

Et le message général, c’est que j’espère que toutes les personnes désinhibées dans leur relation avec les femmes – parce qu’en général, c’est surtout les femmes que ces violences concernent – vont se tenir à carreau.

On l’espère, en tout cas… Quel est votre avis sur la sélection de cette année ? Et quels sont vos espoirs concernant la visibilité des femmes et de la diversité dans le futur palmarès ? Est-ce qu’on avance sur cette question aussi ? 

Alors oui, je pense qu’on avance beaucoup. Plusieurs éléments, par exemple, la cérémonie d’ouverture. La cérémonie d’ouverture était une cérémonie sans homme. Ça s’est très bien passé, personne ne s’est dit que c’était une espèce de militantisme, etc. Vous aviez un hommage d’une chanteuse à Greta Gerwig, une palme d’honneur à Meryl Streep donnée par Juliette Binoche. Pas un seul homme n’a eu besoin d’intervenir sur scène. Ça s’est très bien passé. Et le Festival des Cannes est ravi. Tous les échos qu’on a eu, des professionnels, du grand public, ont été très bonnes et montrent que la formule était gagnante. Donc on peut faire de la parité plus-plus, c’est-à-dire de temps en temps ne pas avoir d’homme du tout : ça va bien se passer, c’est pas grave ! 

Après sur la sélection, il y a des pays qui sont plus en avance. Par exemple, nous, à France Télé, on a 19 films soutenus qui sont dans différentes sélections retenus par le Festival de Cannes. Dedans, il y a la restauration du Napoléon d’Abel Gance de 1927, mais sur les 18 films inédits qui restent, il y en a 8 qui sont de réalisatrices. Donc on est presque à la parité. Notre logique c’est de s’imposer au moins 30% ; l’année dernière, c’était 35%, cette année, en 2024, ça sera 40% de films réalisés par des femmes sur un festival qui regarde non pas le sujet du quota, mais le sujet de la qualité des œuvres. Ça passe, ça se voit, les œuvres sont sélectionnées. C’est super. 

Après, le Festival de Cannes choisit des films du monde entier. Il y a les cinématographies japonaises, américaines, il y a besoin d’avoir des films avec du casting international, de cohabiter avec des films qui sont plus intimistes. Il y a énormément de paramètres, en fait, dans la gestion d’un festival comme Cannes, qui fait qu’on n’est pas encore à la parité, mais ça progresse. C’est pour ça que nous, à France Télé, on aimerait bien que les autres diffuseurs financent le cinéma, que ce soit les diffuseurs payants, Canal+, les plateformes, ou nos sponsors privés, qu’ils soient tous dans la même démarche de « fixons-nous des quotas ».

Les quotas ne sont pas forcément indispensables tout le temps, mais quand il n’y a pas de quotas, c’est-à-dire un objectif forcé, ça ne bouge, ça ne bougera pas. Et les quotas font grincer des dents. Et même de productrices : il y a beaucoup de productrices qui sont parfois agacées qu’on leur dise  : « on n’a pas fait assez de films réalisés par des femmes cette année, je suis désolé ». Elles répondent : « Alors vous avez le choix de voir des films de réalisatrices mauvais plutôt que des films de réalisateurs super bons ? ». En général, notre réponse, ma réponse, c’est que tant que les femmes ne font pas autant de navets que les hommes, on a de la marge. C’est juste pour renvoyer la balle. Quand la filière sera collectivement adaptée, on n’aura plus besoin de  poser de contraintes. 

Je me suis un peu éloigné de votre question, mais je pense qu’au global, ça progresse, même si ce n’est jamais suffisant. Il y a aussi des types de films qu’on choisit. Par exemple, une des difficultés des femmes réalisatrices aujourd’hui, c’est qu’elles sont sur des films qui ne sont pas des films de genre grand public. On leur confie plutôt des films intimistes, d’auteur. On les voit rarement aux commandes des films d’aventure, des comédies, des romances. Il y a des réalisatrices dans ce cas mais c’est assez rare : il y a eu Jeanne Du Barry l’année dernière, de Maïwenn Le Besco, qui a fait l’ouverture de Cannes. Audrey Diwan fait une adaptation d’Emmanuelle à la rentrée. Ce sont vraiment des exceptions dans le milieu. Donc les femmes réalisatrices en France sont emprisonnées, je ne pense pas par choix, mais parce qu’elle sont financées plus facilement dans certaines thématiques.  

C’est une logique qu’on retrouve dans beaucoup de secteurs culturels…

Je pense que ça va progresser, ça va bouger parce que les plateformes américaines n’ont pas ces tabous-là. On va être obligé de bouger. Et si on ne bouge pas, c’est une filière qui va être obsolétisée par rapport à la jeune génération. 

Vous êtes très actif sur les réseaux pour défendre la cause #MeToo. Vous êtes peut-être, d’un point de vue extérieur, un des rares à autant en parler et de manière aussi claire. Vous  sentez-vous un peu seul en tant qu’homme dans ces prises de parole ? Pouvez-vous être précurseur dans un mouvement masculin général de ralliement à #MeToo ? 

Je ne sais pas. J’essaie juste de profiter de l’espace que me donne ma position, qui n’a qu’un temps pour, je pense, contribuer à aider à un rééquilibrage sur les regards, une meilleure prévention des violences sur les tournages.. 

En fait, je pense que, depuis 2017 quand #MeToo est arrivé sur les réseaux sociaux, il s’est passé deux choses. Beaucoup d’hommes du secteur sont totalement convaincus mais se sentent à juste titre non légitimes pour en parler. Je pense qu’en effet il faut être prudent. 

Je préfère le moment d’aujourd’hui où on dit « il faut qu’il y ait plus d’hommes » qu’à un moment #MeToo où il n’y a que des hommes sur ces sujets. Oui, ce que je veux dire, c’est qu’on est à un moment où il faut bien montrer que c’est un sujet qui nous concerne tous, femmes comme hommes, parce que c’est un sujet qui crée des souffrances dans les familles, dans la société en général.

Il y a pas mal d’autres personnes qui réagissent. Il y a peut-être un effet de loupe, car ce sont très souvent des hommes qui résistent à #MeToo. Ou des gens de ma génération, c’est-à-dire largement au-dessus de 50 ans. 

Mais en fait, si on élargit un peu la société et qu’on voit au-delà, il y a quand même pas mal de garçons qui sont comme moi !

Pour écouter l’interview, suivez le lien :


Catégories
actualités

Interview – Catherine Missonier

Catherine Missonier a commencé à publier des livres jeunesse après avoir écrit quelques histoires pour ses propres enfants. Elle connaît le succès avec des histoires policières qui se passent dans des collèges et se consacre pendant près de vingt ans à l’écriture.

. .

Mais c’est pour un autre ouvrage, Une lignée de femmes, paru chez l’Harmattan en 2015 que nous la recevons aujourd’hui. Nous tenterons de répondre avec elle à la question posée en sous-titre : “Peut-on échapper à l’emprise de sa mère ?” 

Catégories
actualités

Interview – Fanny Joly, itinéraire d’une autrice jeunesse

Vous connaissez sans doute Sylvie Joly. Peut-être même connaissez-vous Eva Joly. Mais connaissez-vous Fanny Joly ? 

Fanny a 16 ans lorsque sa soeur Sylvie se lance dans le one-woman-show (qui ne s’appelait pas encore comme ça à l’époque). Elle en est une des pionnières. Et c’est avec sa petite soeur que Sylvie écrit ses premiers sketchs…

. .

Fanny Joly est dès lors lancée dans l’écriture et devient autrice jeunesse. A ce jour, elle a signé près de 500 ouvrages !

Découvrez l’itinéraire d’une autrice jeunesse pas comme les autres dans ce nouvel épisode !

Pour aller plus loin :

https://fannyjoly.com/

127 ALBUMS ET ROMANS EN STREAMING sur STORYPLAYR lien ci-dessous :  https://www.storyplayr.com/search/Fanny%20Joly

NOMBREUX AUDIOS LUS PAR L’AUTRICE / ABONNEMENT D’ESSAI GRATUIT 1 MOIS 

3 ans et +  

° GUDULE 12 albums papier POD me contacter, aussi en streaming Storyplayr avec lectures audio par moi. 

° OVERDOSE DE ROSE album papier SARBACANE

6 ans et +  

° CHATEAU FORT EN DANGER BD Casterman 

° CHATS TROP FORTS GALLIMARD  2 tomes 

° CUCU LA PRALINE GALLIMARD 12 titres + 2 CD lecture par l’autrice   

° ALLO 1313 ? SARBACANE reprise 18 épisodes BD « histori-comique » J’Aime Lire

° LES ENQUÊTES DE MIRETTE SARBACANE 10 albums dont 4 en poche 

° FOUS DE FOOT CASTERMAN poche

9 ANS ET +  

° MARION et COMPAGNIE GALLIMARD, 9 romans et + de 50 nouvelles dispos en  streaming sur Storyplayr

Catégories
actualités

Interview – Isabelle Rome

Nous recevons aujourd’hui Isabelle Rome. Magistrate, Isabelle Rome a récemment été nommée première Présidente de chambre à la cour d’appel de Versailles. On la connaît par ailleurs pour avoir été ministre chargée de l’égalité Femmes-Hommes, de la diversité et de l’égalité des chances de mai 2022 à juillet 2023.

. .

L’ouvrage dont nous allons parler aujourd’hui n’est pas le premier qu’elle publie. Avant la Fin de l’impunité, Isabelle Rome a en effet écrit Vous êtes naïve, Madame la juge en 2012, Dans une prison de femmes : une juge en immersion, préfacé par Robert Badinter en 2014, Liberté, égalité, survie, chez Stock en 2020 et L’emprise et les violences au sein du couple chez Dalloz en 2021. Mais c’est pour parler de son action en faveur des femmes et de son dernier ouvrage, La fin de l’impunité, paru chez Stock en février dernier.

Catégories
actualités

Interview d’Elodie Pinel : les philosophEs sont-elles des femmes?

Un essai chez Stock : Moi aussi je pense donc je suis

Elodie Pinel a publié le 14 février un essai sur les femmes philosophes aux éditions Stock. Cet essai vise à nous faire découvrir des penseuses trop souvent oubliées des manuels scolaires et des amphithéâtres et à nous faire penser avec elles, quelque soit notre expérience de la philosophie, quelque soit notre genre, quelque soient nos opinions. Elle nous explique son projet dans notre épisode du 10 mars.

. .

Un parcours autobiographique

Dans son essai, Elodie Pinel revient sur son parcours de philosophe. Elle remarque les femmes qui lui ont manqué : les enseignantes à l’université et les modèles dans les livres. Elle se demande pourquoi elle a cru abandonner la philosophie en ne devenant pas aussitôt professeure de philosophie. Elle témoigne de son combat pour l’égalité. Sa copie d’agrégation qui comportait autant de références à des philosophes femmes qu’à des philosophes hommes ne devrait pas être une exception.

. .

Une enquête sur l’invisibilisation des femmes

Dans son essai, Elodie Pinel met en avant les procédés qui ont conduit à éliminer les femmes philosophes des manuels scolaires et des bancs de l’université. Elle ajoute que certains procédés sont encore à l’œuvre aujourd’hui : « en 2019, sur 84 noms de la liste des auteurs à étudier en classe de terminale, seuls 5 sont féminins. Hannah Arendt, Simone
de Beauvoir, Simone Weil, Elizabeth Anscombe,
Jeanne Hersch ont ainsi les honneurs du Conseil
supérieur du programme
« 

Une (re)définition de la philosophie

Sa recherche de femmes philosophes conduit Elodie Pinel à s’interroger sur la définition de la philosophie. Si l’on en fait un métier lié à l’enseignement et à l’université, dont les femmes ont longtemps été exclues, on contribue à invisibiliser les femmes. Si l’on réduit la contribution des femmes à leur féminisme, on en fait des militantes plus que des penseuses ou des références.

Et si on lisait ces femmes au lieu de disserter sur leur genre?

Pour aller plus loin

Au sujet de « Moi aussi je pense donc je suis. Quand les femmes réinventent la philosophie » d’Élodie Pinel – humanitelles

5 essais pour repenser nos vies | Les Inrocks

Moi aussi je pense donc je suis | Philosophie Magazine

Catégories
actualités

Interview de féministes françaises aux Pays-Bas

. .
Lauraine Meyer
. .
Tiphaine Hubert
. .
Marie-Caroline Haddad

Lauraine Meyer, Tiphaine Hubert et Marie-Caroline Haddad sont françaises et vivent aux Pays-Bas. Féministes, elles ont créé, pour les deux premières, le bookclub féministe Les poilues et, pour la dernière, le média féministe Francine à vélo. 

Nous les avons interviewé toutes les trois pour savoir ce que veut dire être féministe, ici et ailleurs et où en sont les Pays-Bas dans l’égalité hommes-femmes. 

Pour en savoir plus :

⁠Les poilu•e•s (@bookclubfeministelespoilues)⁠

⁠Francine à vélo – Le mag français à la sauce hollandaise