discussions

(club) Thérèse d’Avila – Une réussite patiente

Sainte Thérèse ne renonce jamais à son projet, ne concède jamais, mais elle a toujours le souci d’obtenir l’approbation de ses supérieurs. Elle est prête à attendre pour cela. Elle ne veut pas créer une secte ; elle réussit là ou Luther a échoué. Elle ne veut pas être celle par qui le scandale arrive. Patience, diplomatie, persévérance, confiance en son projet me semblent caractériser sa démarche. On pourrait lui reprocher d’être trop prudente, trop servile ; mais je trouve qu’elle ne concède rien d’essentiel et que sa méthode est plutôt intelligente et efficace.

C’est peut-être un exemple à suivre pour modifier la société en faveur des femmes. Ou l’Eglise catholique…

Auteur

mptachet@gmail.com

Commentaires

admin
15 mai 2012 à 20 h 49 min

C’est vrai que j’ai parfois été ennuyée par la récurrence des formules d’humilité et d’auto-critique ! Je ne sais pas si c’est ce que tu entends pas servilité, tu prends sans doute ce terme dans le sens de soumission à la hiérarchie, mais j’ai l’impression que tout cela va de pair. Il se dégage de cet écrit et de son auteur un mélange d’humilité et de conviction qui est assez étonnant.



Daisy
16 mai 2012 à 5 h 23 min

Oui, c’est ainsi que j’entends servile. Il y a chez Thérèse la volonté de rester à sa place : de femme, de religieuse. Elle ne veut pas être celle par qui le scandale arrive. Elle est une actrice de la Contre -Réforme, elle sait consciemment qu’elle ne veut pas être Luther.



Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *