[club] Trobairitz – L’initiative amoureuse

Il peut paraître étonnant qu’il existe des femmes auteurs de chansons amoureuses au Moyen Âge puisque, comme l’indique Dame Castelloza dans le 2e poème reproduit : “tout le monde dit que c’est inconvenant,/ qu’une dame courtise spontanément un chevalier/ et qu’elle lui adresse constamment de si longs discours”.

On trouve la même considération dans le Roman d’Alexandre, où la reine Candace, qui est tombée amoureuse d’Alexandre à distance, n’ose lui demander de venir la rencontrer mais ne peut tout de même pas résister à l’envie de lui faire de précieux cadeaux.

Ici, la poétesse justifie sa prise de parole par la recherche d’un “réconfort” : “la prière amoureuse m’apporte un grand réconfort/ lorsque je l’adresse à celui d’où vient mon tourment.” La prise de parole poétique part d’une nécessité personnelle assumée.

Ce contenu a été publié dans discussions. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

1 réponse à [club] Trobairitz – L’initiative amoureuse

  1. Daisy dit :

    L’écriture apparaît comme un moyen de supporter le désir contrarié. Sublimation, sublimation. La parole n’est pas tant destinée à l’autre qu’à soi-même pour se consoler, se distraire.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *