[club] Trobairitz – Et même de la théologie….

Gormonde de Montpelllier est la seule à aborder la théologie. La seule connue.

Elle de toutes façons  suffit à contredire la règle.

On peut remarquer que les thématiques des trobairitz ne sont pas différentes de celles des troubadours : l’amour courtois domine, mais il est aussi question de théologie. Le thème de la maternité est peut-être le seul à être spécifiquement féminin. p.34 “je considère qu’enfanter constitue une grande pénitence car les seins pendent et tombent le ventre plisse et devient fâcheux.”

Ce vers pourrait très bien se trouver dans un magazine féminin!

Je ne peux manquer de noter la résonance actuelle du texte Gormonde de Montpelllier à la veille de l’ouverture du conclave. “Rome, si tu tolères que règnent plus longtemps ceux qui font honte au Saint-Esprit (…) tu n’en retireras pas d’honneur“. p. 72

Ce contenu a été publié dans discussions. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

1 réponse à [club] Trobairitz – Et même de la théologie….

  1. admin dit :

    C’est la seule trobairitz à parler de théologie mais pas la seule femme auteur/théologienne, puisqu’on a déjà parlé des béguines et notamment de Marguerite Porete; cette dernière a d’ailleurs inséré dans son traité de spiritualité des poèmes qui ressemblent à des pièces des trobairitz, comme des chansons ou des “congés” (ie la permission donnée par la dame au chevalier de s’en aller ou parfois de quitter son service, un chant de rupture en quelque sorte!).

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *