[club] Virginia Woolf – Trois Guinées : Manifeste pour l’indépendance

L’élément qui m’a le plus marquée dans Trois guinées, c’est la revendication que mène V. Woolf pour l’indépendance financière des femmes. C’est de là que dépend leur indépendance intellectuelle et mentale, affirme-t-elle : être indépendante financièrement, c’est sortir de la sphère d’influence du père et du frère, les figures masculines de la maison. L’anecdote concernant l’emploi de préceptrice que prend une jeune fille et pour lequel son père lui demande de ne pas être rémunérée est bien choisie, et bien analysée : pourquoi lui demande-t-il cela, en arguant qu’être payée ne serait pas digne d’elle, alors qu’il est lui-même payé pour le travail qu’il accomplit? Il y a là une contradiction, et donc la trace d’une mauvaise foi, manifeste.
Pourtant, je me demande comment comprendre cette volonté d’indépendance : V. Woolf était-elle financièrement indépendante elle-même?

Ce contenu a été publié dans discussions. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *