[club] Virginia Woolf – Trois Guinées : Les filles d’hommes cultivés

V. Woolf insiste beaucoup sur le sort des “filles d’hommes cultivés” et sur la différence de traitement qui existe entre elles et leurs frères. Mais quid des femmes en général, que leurs pères soient cultivés ou non? Pourquoi dénoncer comme une injustice le fait que les filles d’hommes cultivés en particulier ne soient pas cultivées, et pas le fait que l’éducation soit le privilège des garçons et d’une certaine classe? Y aurait-il une forme d’aristocratie chez V. Woolf? Quand elle dénonce la tyrannie et la mysoginie, ne participe-t-elle pas par ailleurs au même type de rejet infondé, qui relèverait quant à lui des préjugés de classe?
Je laisse la question ouverte au débat.

Ce contenu a été publié dans discussions. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *