discussions

[club] Louisa Mary Alcott – Good Wives : Féminisme de la différence

Si l‘on doit inscrire Louisa May Alcott dans un courant féministe, ce ne serait pas dans celui de Beauvoir, même si je maintiens ce que j’ai dit plus haut.
En effet, elle défend l’existence d’une nature féminine différente de celle des hommes. Et si elle réclame aux femmes des droits, c’est au nom de cette différence, au nom de la valeur de vertus féminines.
Ainsi Jo en voulant s’adapter au marché, au lecteur « profane » ses vertus féminines…p. 140 « she was beginning to desecrate some of the womanliest attributes of woman’s character. » ; p. 141 : « the natural instinct of a woman for wht was honest, brave, and strong »
Mrs March et ses filles en effet illustrent très bien l’ « éthique de la sollicitude » développée par des féministes américaines comme Susan Moller Okin.

De plus, l’importance accordée à la famille s’inscrit bien dans ce mouvement féministe qui est un communautarisme.

Auteur

elodie.pinel@gmail.com

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *