[club] Olympe de Gouges – Grandeur

[photopress:jpg_bastille.jpg,thumb,pp_image]Ce n’est pas d’être une femme, ce n’est pas d’avoir défendu les femmes, c’est d’avoir toujours voulu la paix et refusé les excès qu’ils viennent du roi ou de la Montagne. Ainsi elle a défendu le roi contre ses accusateurs, et dénoncé le despotisme naissant de Robespierre.
Elle dit en effet (à la page 12 de l’ouvrage de Sophie Mousset) : p.12 : « Il est dans mon caractère de me ranger dans le parti du plus faible et de l’opprimé. Je ne trouve nullement méritoire ni courageux à cinq cents ou mille personnes d’égorger un seul citoyen sans défense ». C’est là toute sa grandeur.

Ce contenu a été publié dans discussions. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

1 réponse à [club] Olympe de Gouges – Grandeur

  1. admin dit :

    Toutes les femmes n’ont pas forcément conscience de leur aliénation, et certaines peuvent croire en tirer avantage… D’autres encore peuvent accepter la situation avec fatalisme ; autant de motifs pour ne pas chercher à changer les choses. Le manque d’unité dans les revendications et les luttes n’est pas propre aux combats féministes, il est le fait de toutes les révoltes. On remarque également, à travers l’exemple d’Olympe de Gouges et des autres femmes révolutionnaires, que le silence n’unit pas davantage les femmes : elles ne sont pas plus résignées qu’elles ne sont révoltées, seulement plus ou moins éclairées et lucides sur leur situation, et plus ou moins prêtes et décidées à la dénoncer et la faire changer.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *