discussions

[club] Marie de France – Sexualité

La sexualité est très présente, de manière naturelle et saine.  Il n’y a pas de glorification de l’abstinence, l’amour est clairement associé au plaisir procuré par la sexualité.  L’impuissance est ainsi présentée comme un malheur (Le malheureux) qui empêche la réalisation de l’amour. Dans Guigemar, je trouve le thème de la ceinture érotique moderne (ou c’est moi qui plaque dessus ma symbolique moderne ?). D’autre part notons que l’homosexualité n’est pas non plus taboue (Lanval p.93)

Le mariage est un risque de malheur, d’enfermement. Cependant les lais nous disent aussi que les femmes peuvent trouver l’amour, le plaisir. Ils ne finissent pas tous mal.

Auteur

elodie.pinel@gmail.com

Commentaires

admin
20 septembre 2012 à 10 h 09 min

On a souvent une image de l’amour courtois comme d’un amour chaste et les Lais nous rappellent que c’est loin d’être le cas ! On a tendance à dire que l’érotisation de la relation est plus forte chez les troubadours (provençaux, de la langue d’oc) que chez les trouvères (de la langue d’oïl) mais on a ici le cas d’une écrivain de langue d’oïl qui n’occulte pas la sexualité.
Pour la ceinture, je suis assez d’accord avec toi : d’un côté, on peut en faire une interprétation symbolique où la clef et la serrure ont une connotation sexuelle, et là on peut convoquer Freud ! D’un autre côté, cela peut évoquer la ceinture de chasteté qu’on associe au Moyen Age – et qui en réalité était très rarement pratiquée.



Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *