discussions

[club] Christine de Pizan – Références littéraires

La Cité des Dames, écrit en 1405, précède  le Trésor des 3 vertus. Dans la Cité des Dames, Christine voit apparaître 3 figures allégoriques. Ces 3 figures correspondent à 3 vertus : Droiture, Justice et Raison. Ce sont ces 3 vertus que l’on retrouve dans le Trésor des 3 vertus.

En s’adonnant à un dialogue avec des figures allégoriques, Christine s’inscrit dans une tradition littéraire bien établie. Dans la Consolation de la philosophie, Boèce voit en effet apparaître, dans sa geôle et avant son exécution, des figures allégoriques féminines comme Fortune ou Philosophie. Or la Consolation de la Philosophie de Boèce est une des grandes références de l’époque, pour tous les lettrés.

On trouve aussi de telles allégories dans le Roman de la Rose, et c’est cela qui nous intéresse davantage. Cet ouvrage se compose de deux parties dont l’une, qui s’inscrit dans la tradition courtoise, a été écrite par Guillaume de Lorris et la seconde, satirique et qui s’en prend fréquemment aux femmes, a été rédigée par Jean de Meung. Et c’est contre le discours misogyne de ce texte connu dans toute l’Europe occidentale que s’élèvera Christine, initiant ainsi un grand débat autour de la question de la femme.

En écrivant la Cité des Dames, Christine de Pizan rédige donc le pendant du Roman de la Rose, un pendant féministe s’opposant au discours misogyne de son temps.

Auteur

elodie.pinel@gmail.com

Commentaires

daisy
19 décembre 2012 à 21 h 23 min

Je pense que le contexte que tu viens de rappeler. On a un véritable projet féministe au sens de défense des femmes. Christine veut rétablir la vérité sur les femmes, cela me paraît être la raison d’être du féminisme. le féminisme est nécessaire tant qu’il y aura des stéréotypes sur les femmes et que les stéréotypes seront causes d’injustices…



Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *