discussions

[club] La Belle dame sans mercy – Refuser et refuser l’amour

La dame est sans mercy car elle refuse l’amour de son poursuivant.

Peut-on y voir l’éloge de la liberté de choix?

D’un point de vue courtois, je pense que non. L’indifférence de la dame fait partie du jeu courtois. La dame doit octroyer ou refuser ses faveurs à l’amant suivant “la logique du guerredon”. La Dame la refuse au nom d’une “libre franchise”, qui n’est pas “la noble franchise”. Le problème n’est donc pas que la dame refuse, mais la raison pour laquelle la dame refuse.

La dame refuse au nom d’un désir d’indépendance, qui n’était certes pas recommandé par la société médiévale.

Maintenant Chartier reste neutre vis-à vis de ses personnages

Auteur

mptachet@gmail.com

Commentaires

admin
12 juillet 2013 à 21 h 59 min

Comme “franchise” signifie liberté, la “libre franchise” apparaît comme une redondance et dénonce la “noble franchise” comme étant un leurre. Il n’y a pas de liberté là où l’un des choix est taxé de non-noble, au sens social et moral. La dame peut refuser d’accorder sa récompense si le don n’est pas véritable, n’est pas assez valeureux (cf Guenièvre qui reproche à Lancelot d’avoir hésité à monter dans la charrette) mais elle n’en a pas le choix si le don le mérite. Ce système de don-récompense s’impose à elle sans qu’on lui ait jamais demandé si elle y consentait.
Par la seule parole, la belle dame reprend sa liberté et la revendique : elle utilise en cela une arme masculine, la femme étant plutôt mise du côté du silence au Moyen Âge (voir Erec et Enide).



Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *