discussions

[club] Judith Butler – Remarques préalables

[photopress:troubledanslegenrepourunfeminismedelasubversion_gd.jpg,thumb,pp_image]Vocabulaire : « Il y a une difficulté particulière en France à admettre cette réflexion en raison même du vocabulaire. En français, vous ne disposez que d’un seul mot, «sexe», pour désigner à la fois une réalité anatomique et une réalité sociale: quand vous parlez de «différence des sexes», vous considérez qu’il s’agit d’une donnée naturelle et universelle, vous mélangez la biologie et la culture. Aux Etats-Unis, nous faisons la distinction, et nous employons le mot gender (genre) pour caractériser le vécu culturel et sociologique de chacun [la masculinité et la féminité]. Celui-ci peut ne pas correspondre au sexe de la personne (mâle ou femelle). Cette distinction entre sexe et genre est une spécificité importante de la sociologie américaine, mais aussi de l’anthropologie féministe: si on naît female (de sexe féminin), cela n’implique pas une destinée sociale de femme. Celle-ci résulte d’une acquisition progressive. «On ne naît pas femme, on le devient», écrivait justement Simone de Beauvoir. » Judith Buttler, L’Express, 6 juin 2005.

Un ouvrage difficile car il s’appuie sur des auteurs et des théories que je connais peu ou pas, mais très stimulant, qui incite à faire davantage de recherches ou de lectures.

Auteur

elodie.pinel@gmail.com

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *