[club] Helen Fielding – Bridget Jones : Comparaison avec Pride and Prejudice

Cette comparaison est suggérée par l’auteure elle-même. L’un des personnages s’appellent Mr Darcy et des allusions à Jane Austen apparaissent dans le roman (P. 13, p. 99-100, p. 247).
Sans cette suggestion de l’auteure, je ne pense que nous aurions inscrit ce roman à notre Bookclub pour le comparer à Pride and Prejudice. Et pourtant….

Voyons d’abord les points communs entre les deux romans :
• Au départ l’héroïne ne peut pas sentir Darcy.
• C’est la mère qui tient à ce qu’elle rencontre Darcy.
• L’héroïne est induite en erreur sur le compte de Darcy par un personnage qui se révèle peu recommandable et qui a fait quelque chose d’horrible à Darcy.
• Mrs Bennett et Mrs Jones sont deux mères particulièrement insupportables et malheureuses en ménages.

Les différences maintenant :
• Bridget n’est pas le modèle que peut être Elizabeth (Cf. le health warning de la couverture : Adopting Bridget’s lifestyle could seriously damage your health) : normal, les mœurs ont évolués.
• Bridget n’a pas quatre sœurs à marier mais trois amis qui se débattent aussi avec une vie amoureuse difficile. Là encore évolution des mœurs : Tom est homosexuel. Et surtout évolution sociologique : le cercle d’amis remplacent la famille.
• Mrs Bennett ne quitte pas son mari pour un escroc portuguais… Là encore évolution sociologique et évolution des mœurs…
• Nous ne sommes pas dans la campagne anglaise mais dans la jungle urbaine de la City… Parce que l’auteure y vit.

On pourrait sûrement continué la liste mais je pense que la question à se poser : mais est-ce que l’évolution des mœurs et l’évolution sociologique change quelque chose aux relations entre les personnages ?
Je dirai que non. Comme Elizabeth et Darcy, Bridget et Darcy bis doivent se défaire de leurs préjugés et de l’orgueil. Evidemment les préjugés de notre couple contemporain n’ont pas l’intensité dramatique de ceux des précédents car, les époques sont différentes et rappelons- le regard de Joy Fielding est ironique. Donc Bridget doit surmonter les terribles préjugés sur les hommes qui portent des chaussettes nid d’abeilles et des cols en V, Mark doit apprendre que lorsqu’une femme prétend ne pas avoir entendu la sonnette parce qu’elle se séchait les cheveux (ce qu’elle aurait dû faire beaucoup plus tôt) ce n’est pas le plus mauvais mensonge du monde mais la vérité…Bridget doit se défaire de tous les préjugés et l’orgueil qu’elle tire des magazines féminins et de la littérature type Mars et Venus…Et elle doit accepter que sa mère n’a pas toujours tort…

Ce contenu a été publié dans discussions. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *