[club] Dolto – D’une génération à l’autre

Carlos (Jean), Catherine, Franoise, GrŽgoire Archives DoltoDolto livre la vision des femmes qu’avait sa mère : “Pour elles, les femmes n’étaient bonnes qu’à être les servantes des hommes. Et c’était déjà bien beau d’avoir l’honneur d’élever les enfants des hommes.” D’une génération à l’autre, cette vision change : pour Dolto, l’amitié entre les sexes peut exister (cela était impensable pour sa mère), les femmes peuvent travailler, les relations conjugales sont pensées sur un pied d’égalité.

La vision de la femme comme servante de l’homme transparaît également lorsque Dolto évoque le “jour des cocons” pendant  lequel les groupe de polytechniciens dont faisaient partie son père “étaient supposés cocufier leur femme”… Mais Dolto pense comme sa mère, que ce ne fut pas le cas de son père… A l’intérieur de son propre couple, on trouve le même détachement : elle ne cherche pas à savoir où a son mari quand il ne rentre pas le soir et ne se soucie pas de savoir s’il la trompe ou pas – ce qui l’étonne, lui. Mais cette fois, c’est au nom de l’indépendance des époux que ce détachement est adopté, non en raison d’une idée d’asservissement de la femme à l’homme ou de confiance (aveugle en l’occurrence?) en l’autre.

Enfin, selon la mère de Dolto, une “fille passant le bac n’était plus mariable” : elle essaya donc d’empêcher sa fille de passer son bac. Ses essais échouèrent puisque le père intercéda auprès d’une commission statuant sur la recevabilité des candidatures : entre les deux parents de Dolto, le père était plus progressiste que la mère…

Ce contenu a été publié dans discussions. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

1 réponse à [club] Dolto – D’une génération à l’autre

  1. Daisy dit :

    Je ne dirai pas que Monsieur Marette était plus progressiste que sa femme, je dirai qu’il n’avait pas le même point de vue. Cette différence provient de leur sexe, de leur statut social et aussi de leur histoire. En effet madame Marette souffrait d’une grave névrose. Elle voulait le bonheur de sa fille et en même temps elle la jalousait car elle avait ce qu’elle n’avait pas : une carrière, l’indépendance…madame Narwtte en effet accepté et n’accepte pas d’être une servante. Elle me l’accepte que si il n’y a pas d’autres choix… Françoise lui montre que si.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *