[bio] Michael Cunningham

[photopress:cunningham.jpeg,thumb,pp_image]Michael Cunningham naît en 1952 à Cincinatti dans l’Ohio (USA) et grandit en Californie à La Cañada. Il est diplômé en littérature anglaise à l’université de Stanford (BA) et en écriture créative à l’université de l’Iowa (MFA). Il se dirige ensuite vers l’enseignement, tout en commençant à publier des nouvelles.
Un écrivain récompensé. Ses nouvelles paraissent dans des revues prestigieuses comme The New Yorker, The Atlantic Monthly ou The Paris Review. En 1989 White Angel est élue meilleure nouvelle américaine de l’année. Les années précédentes, il a également décroché plusieurs bourses de recherche. Il publie en 1990 La Maison au bout du monde (A home at the end of the world) qui reçoit un très bon accueil et est adapté au cinéma. En 1995 il publie De chair et de sang (Flesh and blood) et reçoit le Whiting Writers’ Award. En 1999, c’est la consécration avec Les heures (The hours) qui reçoit le très prisé prix Pulitzer et le PEN/Faulkner Award. En 2002, il publie un ouvrage non fictionnel Land’s End : A walk through Provincetown et un roman en 2005 Le Livre des jours (Specimen days).
Refus d’une étiquette. Bien qu’homosexuel et bien qu’il traite de l’homosexualité dans ses livres, Michaël Cunningham a toujours refusé d’être qualifié d’ « écrivain gay ». Son lectorat dépasse en effet largement la communauté homosexuelle et ses œuvres sont portées à l’écran. Il jouit d’une reconnaissance internationale.
Il vit actuellement à New-York et enseigne au Fine Arts Work Center à Provincetown (Massachusetts) et au Brooklyn College.
The Hours. Le roman publié en 1995 présente en parallèle la journée de trois femmes à trois époques différentes : Virginia Woolf en train d’écrire son roman Mrs Dalloway (qui se déroule également sur une journée), Mrs Brown en train de lire ce roman et Clarissa qui est surnommée comme l’héroïne de ce roman. Chacune se retrouve comme Mrs Dalloway face à son destin…
Réception. La critique a été très élogieuse et les prix reçus par le roman en témoignent (prix Pulitzer et PEN/Faulkner Award). Le travail intertextuel a été salué ainsi que l’écriture et la force de la narration. Les critiques féministes sont plus réservées et rappellent qu’il ne suffit pas de mettre en scène des femmes et de parler de lesbianisme pour être féministe.
Adaptation cinématographique. Le roman a été porté à l’écran par Stephen Dalry en 2003 avec un scénario de David Hare. Le film a lui aussi été salué par la critique et récompensé.
Bibliographie sélective

The Hours, Fourth Estate, Londres, 1999.
Pour aller plus loin

http://www.michaelcunninghamwriter.com/

Ce contenu a été publié dans figures-clés. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *