[club] Sabina Spielrein : une méthode dangereuse

spielrein2Jung devient l’amant de Sabina. Il tombe dans le piège de sa dangereuse méthode ou plus exactement, à mon avis, il abuse de la faiblesse de sa patiente et du transfert. Il me semble que, parce que le cas permet la rencontre de Freud et Jung, ainsi que des avancées, on n’insiste pas assez sur la faute de Jung. Il abuse de sa patiente.

Dans le film de Cronenberg, Sabina est présentée comme co-responsable de la liaison, elle apparaît séductrice, elle invite Jung dans son appartement, le relance quand il s’éloigne… Or il n’y a pas d’égalité entre l’analyste et la patiente : il aurait dû se méfier du transfert… Il aurait dû savoir que ses poses ou remarques séductrices faisaient partie ou du traitement ou de la maladie. Une seule circonstance atténuante pour Jung : nous sommes dans les débuts de la psychanalyse, il n’avait pas encore tout à fait conscience de ce qu’est le transfert. Aujourd’hui un tel comportement est inacceptable.

D’autre part, et cela le film le montre bien, quand des rumeurs éclatent, Freud se range du côté de Jung. D’office, il classe Sabina parmi les affabulatrices, les malades… Comme si le manque de déontologie de l’analyste n’était pas possible. Cela bien sûr nous renvoie à Dora… Il n’y avait pas dans ce cas de faute de Freud, mais il n’a pas pris en considération que Dora était une victime d’abus sexuels… Il y a ici, à mon avis, le poids d’un préjugé : Eve, la femme tentatrice, la femme coupable.

Ce contenu a été publié dans discussions. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *