discussions

[club] Mary Wollstonecraft – Le féminisme vertueux

[photopress:vindicationcover.jpg,thumb,pp_image]La défense que Wollstonecraft fait des droits des femmes a pour unique centre l’impératif de la vertu. C’est parce que l’éducation inculquée aux femmes les incline au vice (coquetterie, vanité, dissimulation, luxure) qu’elle doit être formée. Ce n’est donc pas, comme chez Beauvoir, la liberté qui est à l’horizon, mais un tout autre idéal. Certains commentateurs ont remarqué que cela “comprimait” le féminisme de Wollstonecraft, car dès lors le but n’est plus de rendre à la femme son statut de sujet, d’être responsable, mais de changer son maître : ce ne doit plus être son mari, mais Dieu. Pour ma part, il me semble que défendre l’idée que la vertu des femmes ne doit pas être différente de celle des hommes devant Dieu est éminemment féministe, et je ne suis pas d’accord avec ces commentateurs. Revendiquer le droit à une vertu développée par la raison, c’est revendiquer l’autonomie morale chère à Kant. C’est donc revendiquer le statut de sujet responsable, et cela suffit à prendre la défense de la liberté de la femme, donc de ses droits.

Auteur

elodie.pinel@gmail.com

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *