discussions

[club] Mary Wollstonecraft – L’argument de la faiblesse physique

[photopress:woll.jpg,thumb,pp_image]L’argument contre lequel se bat le plus M. Wollstonecraft est celui de la prétendue faiblesse physique des femmes. Cet argument sert en effet de base à la plupart des discours sexistes : il appuie l’idée selon laquelle la femme aurait besoin d’un protecteur, d’un maître, auquel elle devrait par conséquent se soumettre. Il en irait des rapports homme/femme comme des rapports seigneur/vassal : protection contre obéissance.
Or, selon Wollstonecraft, cette faiblesse physique n’est pas réelle (même si les constitutions corporelles de chacun des deux sexes diffèrent) : la disproportion observée entre force physique masculine et fragilité féminine est due à une différence d’éducation. L’éducation des filles entretiendrait et encouragerait leur constitution maladive. La galanterie ne serait plus que la mise en saillie exagérée de cette rencontre entre la faiblesse de la femme et l’attitude surprotectrice des hommes (attitude destinée avant tout à flatter leur ego et à renforcer l’impression de leur domination, note Wollstonecraft).
Je pense que cet argument ne porte plus trop aujourd’hui, où les performances sportives des compétitrices de haut niveau atteint des records, où on n’entretient plus la femme dans une fragilité physique fantasmée. En revanche, je suis étonnée que Wollstonecraft n’insiste pas plus sur le problème de la grossesse et du rapport à l’enfant. La grossesse est, me semble-t-il, le seul cas qui subsiste où la femme se trouve, parce que dépendante de son corps, dépendante des soins d’autrui. L’interdiction que subissaient les femmes de travailler et de gagner leur vie par elles-mêmes rendait toute situation monoparentale impossible, et imposait donc à la femme de trouver un protecteur financier (et légal), pour elle et son enfant. Voilà des cas de dépendance qui, eux, peuvent servir de base à des situations de dominations.
Reste que ramener la question du sexisme à une affaire de corps est un point intéressant, car crucial.

Auteur

elodie.pinel@gmail.com

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *