[club] Isadora Duncan – Une femme libre

Ce qui me frappe à la lecture de cette autobiographie, moi qui n’y connaît rien en danse, c’est l’approche très intellectuelle (références à Nietzsche, Whitman…) de la danseuse concernant son art, qui tient peut-être au fait qu’elle n’est pas seulement interprète mais aussi chorégraphe. Cela s’allie à son souci de conjuguer, dans la danse, “l’âme et le corps”.

Dans tous les cas, ce qui est revendiqué, c’est la liberté : le corps doit faire des mouvements qui échappent aux carcans en vigueur à l’époque, l’âme doit s’y refléter. Par-delà cette conception affranchie de son art, Isadora se démarque par un esprit de liberté dans ses moeurs : refus du mariage, rejet de l’Eglise…

On retrouve en cela les caractéristiques de nombreuses autres femmes étudiées sur ce site, qu’elles soient écrivains, philosophes, femmes politiques, psychanalystes, peintres, etc. C’est peut-être qu’en réalité, il est toujours question de création, et que la création exige de s’être affranchi(e) ?

Ce contenu a été publié dans discussions. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

2 réponses à [club] Isadora Duncan – Une femme libre

  1. daisy dit :

    C’est bizarre car moi qui connaît le monde de la danse, j’ai plutôt été choquée par cette approche intellectuelle. Isadora Duncan est connue pour être celle qui a libérer le mouvement, ouvrant la voie à la danse contemporaine. Donc pour moi, elle était du côté du corps. J’ai été surprise par la dimension spirituelle, presque mystique qu’elle donne à la danse. Elle déclare que le corps n’est qu’un instrument pour atteindre l’esprit. Du coup, je me demande si elle n’est pas plutôt du côté de ceux qui nie le corps, la matière. J’ai l’impression qu’elle se situait plutôt qu’elle faisait disparaître le corps, en en faisant une expression de l’esprit…

  2. admin dit :

    C’est intéressant de confronter nos points de vue, de néophyte et de connaisseuse en danse. En effet la volonté de faire disparaître le corps peut expliquer que celui-ci soit libérer parce qu’on passe outre les mouvements qui lui sont habituellement associés ; mais ça reste un peu mystérieux tout ça !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *