discussions

[club] Evangiles des Quenouilles – Condition féminine

Triste condition féminine que celle décrite par les Evangiles des Quenouilles ! La Farce du cuvier se concluait déjà par le mari déclarant avoir le droit de battre sa femme, ici les références aux femmes battues se multiplient, ce qui témoigne de la banalité du fait… même lorsqu’elles sont enceintes !

Si le fait est banal, il n’en est pas admis pour autant par ses victimes : le fait qu’un homme batte sa femme enceinte est un mauvais signe pour l’accouchement… cela nous semble une évidence physique aujourd’hui mais tenait de la croyance autrefois.

Ce dernier point me permet de conclure sur l’idée suivante : si toutes ces croyances nous semblent parfois un peu absurdes, elles n’en témoignent pas moins d’une réelle volonté de comprendre, d’expliquer des phénomènes sortant de l’ordinaire et redoutés (nanisme, bec-de-lièvre, accouchement douloureux voire fatal, engorgement des seins, guerres, épidémies…). Il s’agit de maîtriser les événements, quitte à ce que ce soit par la divination, qui permet de les anticiper tout en les reconnaissant comme survenant indépendamment de toute volonté humaine. Le paradoxe continue… Les croyances sont le fait d’une volonté d’expliquer, et les gloses relèvent souvent d’un bon sens qui tourne en ridicule cette volonté de rendre compte des bizarreries à tout prix, en témoigne le treizième chapitre de la 2e journée :

“Si on évite de jeter les os au feu après avoir mangé la viande, ou si on empêche d’autres de le faire, on n’aura jamais mal aux dents, en l’honneur de saint Laurent.

Glose. Maïs Noir-Trou affirme la vérité de ce chapitre ; mais elle dit qu’au lieu de cela, il arrive souvent que les chiens se battent pour les avoir”.

Evidemment. La superstition n’est pas toujours adapté au quotidien !

Auteur

elodie.pinel@gmail.com

Commentaires

daisy
9 juin 2013 à 6 h 24 min

Oui, moi j’ai trouvé que le ton était résolument optimiste.

Le texte reflète les préoccupations des femmes, notamment comment avoir un enfant sain et choisir son sexe, comment être heureuse en ménage, guérir et interpréter les signes pour mieux vivre. Il y a donc une recherche du bonheur, du mieux vivre.



admin
9 juin 2013 à 8 h 19 min

Un refus de la fatalité, je suis d’accord.



Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *