[club] E. Dorlin – Réformer le langage

Elsa Dorlin fait un parallèle entre préciosité et paritarisme lorsqu’elle observe que, si les Précieuses ont réinventé la langue française, l’instauration de la parité en politique s’est accompagné d’une féminisation des titres et des professions (p. 127-128).  On s’est abondamment moqué des périphrases et des hyperboles des Précieuses : un fauteuil devenait, chez Molière, une “commodité de la conversation” et les “plus… du monde” abondent chez elles.  Et on peut relever que la féminisation des noms reste encore sous-utilisée… Combien disent “Madame la Ministre” (c’est l’exemple pris par Elsa Dorlin)? La professeure ? L’écrivaine ? La défenseure ? Et d’ailleurs dit-on défenseure ou défenseuse ? Successeur ou successeuse ? L’auteure, l’autrice, ou que sais-je encore ? Et pourquoi, lorsque nous citons une femme, nous sentons-nous presque obligés de faire précéder son nom de son prénom, comme s’il pouvait y avoir confusion avec un homme plus célèbre du même patronyme (réflexe que j’ai eu moi-même ici)?

Le langage enregistre les mentalités ; si l’on veut changer ces dernières, peut-être faut-il commencer par modifier le premier.

Ce contenu a été publié dans discussions. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *