discussions

[club] C. Gilligan, In a different voice – Les limites de l’éthique du “care”

[photopress:infirmiere03_cpa_03221_stelme.jpg,thumb,pp_image]Pour conclure, voici le témoignage d’une femme sur sa perception d’elle-même :

As a woman, I feel I never understood that I was a person, that I could make decisions and I had a right to make decisions. I always felt that I belonged to my father or my husband in some way, or church, which was always represented by a male clergyman. (..) I still let things happen to me rather than make them happen, than make choices, although I know all about choices.

La peur de faire du mal à autrui peut totalement inhiber la capacité de se décider à agir : telle est l’une des impasses de l’éthique du care. Une autre de ces impasses, c’est que cette éthique considère la souffrance d’autrui comme ayant une valeur absolue, qu’elle ne peut remettre en cause. Il arrive que certaines personnes souffrent “abusivement”, pour de mauvaises raisons (voir le cas des parents qui interdisent à leur fille de partir étudier à l’autre bout du pays parce que son absence leur ferait trop de peine), ou bien que certaines souffrances soient nécessaires (en l’occurence, celle de l’absence et de la séparation parent/enfant). L’idéal n’est pas l’absence de toute souffrance : souffrir, c’est éprouver la réalité, se mettre en position de connaîre la vérité. Dépasser la souffrance, c’est apprendre à accepter cette vérité.

L’éthique du “care” est donc une morale négative (elle définit avant tout ce qu’il ne faut pas faire), de l’évitement (du conflit, de l’acte) : elle présente donc, en ce sens, un certain nombre de limites qui la pose comme trop souvent inadapté au monde réel. Il s’agirait plus d’une éthique idéale que d’une éthique lucide.

Auteur

elodie.pinel@gmail.com

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *