Archives mensuelles : novembre 2016

[club] Jeanne Ancelet-Hustache – Pourquoi cette différence entre les garçons et les filles?

garcon fillePourquoi cette différence entre les filles et les garçons ?

L’ouvrage Lycéenne 1905 témoigne, nous l’avons dit dans le premier poste, d’une inégalité constante entre les deux sexes. Pourquoi?
Plusieurs raisons sont avancées :
– Différence biologique : ont-ils des capacités intellectuelles différentes ?
– Différences sociales : doivent-ils se préparer à des rôles différents dans la société?
– Ou les hommes ont-ils simplement peur de la concurrence des femmes?

Il me semble que l’auteure penche pour cette dernière solution : les hommes ont cherché à masquer leurs peurs par des arguments biologiques et moraux.

[club] Jeanne Ancelet-Hustache – Un parcours de femme au XXe siècle

9782020407649Je voulais dire mon étonnement à la lecture de cet ouvrage.

Jeanne Ancelet-Hustache est un auteur que j’ai découvert lorsque j’ai étudié Maître Eckhart : c’est une de ses meilleurs traducteurs (éd. du Seuil) et rédigé un livre d’introduction à sa pensée qui reste fondamental. Elle a soutenu une thèse à la Sorbonne sur une béguine, Mechtild de Magdeburg.

Je n’imaginais que son parcours avait été si long et si peu évident. Qu’elle avait emprunté plusieurs voies (allemand, lettres) avant d’accéder à l’enseignement dans le supérieur et que cet accès n’avait pas été sans heurt : elle rapporte un professeur d’université qui avait refusé qu’une femme lui succède sur sa chaire. Alors que son autorité est aujourd’hui reconnue sans l’ombre d’un doute.

J’ajoute qu’elle fait partie des femmes ayant mené ses études en travaillant, en étant mariée et mère de famille, ce qui n’était pas plus courant à l’époque qu’aujourd’hui.

[club] Jeanne Ancelet-Hustache – Ambiance au lycée de filles

414q22zhwbl-_sx195_Dans son récit de vie au lycée pour jeunes filles, Jeanne Ancelet-Hustache n’esquive aucun sujet. Pas même celui, un peu périlleux, des amitiés féminines un peu trop affectueuses. Elle fait le portrait d’une directrice peu amène, desservant presque la cause des jeunes filles dont elle doit assurer l’éducation à force de soupçons mal placés. Dans son ouvrage, elle nous retrace le programme scolaire, les relations des élèves entre elles.

Le lycée de filles n’avait pas l’air bien différent d’un lycée de garçons…

[club] Jeanne Ancelet-Hustache – Accès des femmes à l’éducation en France, un combat (presque) oublié

Jeanne Ancelet-Hustache, écrivain, professeur et historienne de la religion française. France, vers 1930.
Jeanne Ancelet-Hustache, écrivain, professeur et historienne de la religion française. France, vers 1930.

Je commencerai par relever la fin de l’ouvrage, où J. Ancelet-Hustache mentionne toutes les femmes ayant accédé à un poste à haute responsabilité entre 1948 et les années 80 : “Toutes mes félicitations, mesdames. Personne n’a pu vous les adresser plus chaleureusement que moi, mais quand je lis que l’une d’entre vous a obtenu ce dont elle rêvait “depuis son bachot”, je pense que c’est grâce à nous, grâce à celles de notre génération, à nos luttes obscures et constantes, que vous êtes devenues ce que vous êtes. Des édifices dans lesquels vous trônez, nous avons essuyé les plâtres.” (p.191)

Quelles ont été ces “luttes obscures” ? Des demandes à l’administration pour que le concours d’entrée à l’école normale d’instituteur soit la même pour les filles et pour les garçons ; que les concours d’agrégation soient les mêmes pour les filles et pour les garçons : “- laissez-nous passer les mêmes concours. – Ils sont beaucoup trop durs pour des femmes.(…) on ne trouvait pas trop “dur” d’imposer aux femmes, tout au long de leur carrière, un service plus lourd que celui des hommes pour un traitement sensiblement moindre” (p. 187). On voit là le double discours du gouvernement…
Aux demandes officielles s’ajoutaient des passe-droits ponctuels : “quand la fille d’un ministre ou de quelque personnage important avait envie de passer une agrégation “masculine”, la porte s’entrouvait une année ou deux”.
L’argument du manque d’argent était avancé par le gouvernement, et c’est toujours le même : “tout ce que les femmes auront en plus, les hommes l’auront en moins”. C’est pour la même raison que le travail des femmes fut critiqué : il enlèverait du travail aux hommes et ferait baisser les salaires en augmentant la demande d’emploi.
Le rapprochement des associations masculines (Société des agrégés) est également retracé comme un pas vers une lutte plus efficace. Mais Jeanne Ancelet-Hustache relève aussi qu’un changement de mentalité a sans doute joué dans ces progrès, indépendamment des revendications portées par les femmes elles-mêmes, seules ou avec leurs confrères masculins.

L’accès des femmes aux concours n’aura pas pris tant de temps que cela : entre les premières demandes et le gain de cause, moins d’un siècle s’est écoulé.
Je pense qu’il est bon de s’en souvenir aujourd’hui.