Archives mensuelles : juillet 2015

[club] Friedan-Perrot – Soumises, insoumises, du texte à l’écran

best of everythingCe que j’ai apprécié dans le livre de Friedan, c’est qu’elle fait à la fois le portrait de femmes engluées dans la mystique féminine et de femmes ayant cherché à s’en extraire (je pense aux itinéraires de féministes britannique et américaines). Chez Perrot aussi, même si plus discrètement car ce n’est pas l’objet de l’article, la prise de parole féminine lors d’un congrès est mise en lumière comme développant un discours d’émancipation.

J’ai souvent pensé, en lisant le livre de Friedan, au Sourire de Mona Lisa : le contexte universitaire, la difficulté à faire un choix de vie, l’alternative mariage/études… Quant à l’article de M. Perrot, il m’a fait penser à The Best of everything : “Ce n’est pas l’Usine mais le Bureau qui mangera la ménagère…”.

[club] Friedan-Perrot – A qui la faute?

friedanfromradcliffewebsiteBetty Friedan essaye de chercher les responsables : les inventeurs de la mystique féminine.
La liste est longue :
La psychanalyse (Freud et surtout les freudiens après lui et la vulgarisation de leurs idées);
La sociologie avec le formalisme;
l’anthropologue Margareth Mead;
les adversaires du féminismes;
ceux qui ne voulaient pas se remettre en question après 1945;
le système éducatif;
les publicitaires et les industriels.

Mais n’y-a-t-il une raison plus profonde? Une prémisse erronée dans la façon de penser les femmes et leur rôle dans la société….

[club] Friedan-Perrot – Assez de l’argument de la nature féminine

friedanPourrait-on en finir avec l’argument de la nature? Ce sont toujours des raisons biologiques ou physiologiques qui sont avancées pour justifier l’inégalité des sexes ou le rôle que les femmes devraient avoir : elles sont trop petites, elles ont un utérus etc.
Ainsi Michelle Perrot remarque que le discours sur les femmes utilise un vocabulaire organique et médical. Les femmes ne sont qu’un corps faible, malade, indisposé, maltraité et surtout un corps disposé à enfanter. Le travail à l’usine est critiqué parce qu’il abîme le corps des femmes, remet en cause la reproduction. De même Betty Friedan montre comment la mystique féminine réduit les femmes à leurs fonctions biologiques (se reproduire, enfanter) ou corporelles (se faire belle, faire l’amour, faire le ménage et les repas). Tout se passe comme si elles n’avaient que des besoins physiologiques alors qu’elles en ont d’autres comme les hommes (chapitre 12).
Les femmes sont, tout comme les hommes, des êtres de culture. Arrêtons donc d’avancer l’argument de la nature pour justifier quoique ce soit les concernant.

[club] Friedan-Perrot – La femme est un humain comme les autres

the-feminine-mystiqueLa femme est un humain comme les autres
Je pense que c’est le grand argument de Betty Friedan. La femme a besoin de satisfaire tous les besoins de la pyramide de Maslow (chapitre 12) et aussi de résoudre à la fin de l’adolescence sa crise d’identité (chapitre 3). Tout comme les hommes.
Chaque femme doit construire son identité car il n’y a pas pour elle un rôle prédéfini qu’il suffirait de suivre. Ceci m’amène à un argument célèbre l’argument de la nature féminine…

[club] Friedan-Perrot – Une nouvelle mystique?

jenifer-en-couverture-de-elle-expose-sonBetty Friedan écrit sur les USA de l’après guerre. Il est donc normal de se demander si son témoignage est encore pertinent aujourd’hui. La mystique féminine existe-t-elle aujourd’hui ? De plus peut-on l’exporter en dehors des USA ?
Je pense que ce qui demeure pertinent dans l’ouvrage quelque soit l’époque ou le pays, c’est le mécanisme de formation de la mystique. Il se peut que le contenu soit différent, mais le mécanisme demeure le même.
Cela nous amène à d’autres questions. Quelle est la mystique féminine aujourd’hui ?
Je pense qu’Elisabeth Badinter donne des éléments de réponse dans son ouvrage Le Conflit, sur lequel nous avons déjà débattu. Il y aurait un retour à une mystique proche de celle de Friedan, après un passage par une mystique de la superwoman (mère- femme- entrepreneure parfaites à tous les niveaux). Ce serait aussi le cas aux Etats-Unis (http://www.forbes.com/sites/meghancasserly/2012/09/12/is-opting-out-the-new-american-dream-for-working-women/).
Personnellement je trouve que le problème est l’image de la perfection diffusée dans les magazines, même si on ne l’exige pas dans tous les domaines, cette idée que le bonheur c’est avoir une vie de couple parfaite, une organisation parfaite, une ligne parfaite… est très présente… Donc je pense qu’il y a toujours une mystique féminine, qu’il y a toujours une tendance à réduire les femmes à leur supposée nature, qu’il y a donc toujours une fabrication de frustrations et de névroses ou en d’autres termes une fabrication d’Emma Bovary (les magazines féminins ayant remplacés Walter Scott).

[club] Freidan-Perrot – Faits et discours

les femmes perrotThe Feminine Mystique de Betty Friedan pose le problème d’une “mystique de la femme” existant aux Etats-Unis au XXes. selon laquelle la destination féminine serait liée au foyer et uniquement au foyer. L’article “L’éloge de la ménagère dans le discours des ouvriers français du XIXe s” de Michèle Perrot cherche à définir la vision de la femme portée par le milieu ouvrier, et tend à montrer que, dans les mouvements ouvriers et les syndicats (pris en bloc), la femme est souvent présentée comme ayant pour destination, là aussi, l’occupation du foyer et son introduction dans le secteur ouvrier est vu comme une intrusion et un danger, tant pour le salaire et les conditions de travail des ouvriers, pour la conservation de la famille que pour sa propre santé et son propre bien-être.

A ces analyses du discours sur la femme sont à chaque fois confrontés les faits. Betty Friedan convoque les témoignages de femmes pour montrer que suivre ce modèle idéal entraîne un profond ennui et une perte d’identité ; Michèle Perrot confronte au discours alarmiste sur les femmes au travail délaissant le foyer la réalité des chiffres : seules 38% des femmes occupent un travail à temps plein en 1900 et ,en 1906, sur cent femmes, peu occupent un travail ouvrier (25%), la plupart étant domestiques (17% ; celles-ci sont généralement célibataires) ou effectuant un travail textile à domicile (36%).

Dans les deux cas, la confrontation des discours et des faits révèle un décalage : l’idéal brandi aux Etats Unis au XXe s. est factice, la menace redoutée par certains discours ouvriers au XIXe s. est exagérée. D’où ma question : y a-t-il toujours eu une telle différence entre le discours sur les femmes, excessif, et la réalité de leur condition ?