Archives mensuelles : décembre 2012

[club] Christine de Pizan – Citation sur la maternité et l’écriture

“Au temps où tu portais tes enfants dans ton ventre, tu ressentais une grande douleur lors de l’enfantement. Je veux maintenant que naissent de toi de nouveaux volumes, qui dans les temps à venir et perpétuellement présenteront ta mémoire dans le monde, devant les princes et en tous les endroits de l’univers ; tu les enfanteras de ta mémoire dans la joie et le plaisir, malgré le travail et la douleur ; et de même que la femme qui a enfanté oublie son mal dès qu’elle a entendu le cri de son enfant, tu oublieras la souffrance du travail en entendant la voix de tes volumes.” (La vision de Christine, 3e partie).

[club] Christine de Pizan – Féministe ?

Le féminisme de Christine de Pizan fait débat, et ceci pour deux raisons.

D’abord, si on s’arrête au programme de la Cité des Dames, il semble qu’on puisse qualifier son auteur de féministe. Elle défend les femmes contre le discours misogyne en réfutant les arguments selon lesquels les femmes seraient inférieures aux hommes en terme d’intelligence, de courage, de force. En cela, elle cherche à défendre l’idée d’une égalité homme-femme.

Pourtant, elle use souvent du leitmotiv de la faiblesse féminine au moment de commenter sa propre entreprise d’écriture : “comment trouverais-je en ce faible corps de femme la force d’entreprendre une si haute tâche?” (p. 47). Pour résoudre ce problème, elle adopte la posture de la servante : “Commandez, j’obéirai” (ibid). Cela signifie-t-il que Christine se dévalorise en tant que femme ?

En fait, ce leitmotiv correspond à une rhétorique bien identifiée au Moyen Âge, celle de l’humilité de l’écrivain. A cette époque, celui qui rédige ne se dit pas auteur car il ne peut prétendre faire autorité. Les autorités, ce sont les Anciens et le texte sacré. Dès lors, écrire, c’est se placer dans une posture dangereuse, orgueilleuse, qu’il est nécessaire d’adoucir par une attitude humble. On se réclame donc d’autorités reconnues (ici, Boccace) ou on se dit seulement traducteur d’une autre oeuvre, ou inspiré par plus grand que soi (ici, les 3 vertus). Christine de Pizan s’inscrirait dans cette tradition et ne se dévaloriserait en tant que “faible femme” que pour mieux se plier aux règles qui autorisent à écrire.

On peut d’ailleurs remarquer que si elle se réclame de l’autorité de Boccace, elle conteste celle d’Aristote ou d’autres en déclarant, à travers la voix de l’allégorie de la Raison, leurs discours antiphrastiques ou motivés par la frustration, la jalousie… L’humilité de l’écrivian a ses limites !

Entre déférence envers les autorités et rébellion contre elle, la position de Christine est donc subtile et périlleuse.

Le deuxième point qui interroge, concernant le féminisme de Christine, c’est son discours sur l’image de la femme. Souvent, elle insiste sur certaines vertus que sont censées développer les femmes : “la nature même de la femme la porte à être simple, sage et honnête” (p. 49-50) ; “si les femmes font preuve de dévotion, la charité leur fait encore moins défaut, car qui rend visite aux malades ? les réconforte ? qui secourt les pauvres ? qui va aux hôpitaux ? qui ensevelit les morts ? C’est là, me semble-t-il, l’oeuvre des femmes” (p. 57). Elle défend même la spécificité féminine de la “quenouille” (p. 61). On s’approche là du discours qui était développé dans l’éthique du care, qui attribue aux femmes une plus grande inclination à soigner et à se soucier d’autrui – avec tous les problèmes que ce type de discours pose quand il s’agit d’affirmer l’égalité entre hommes et femmes.

La question qui se pose à propos de ce deuxième point est la suivante : en proposant une image de la femme comme étant au service des autres et développant les qualités nécessaires à un tel office, Christine s’inscrit dans son époque. Comment concilier cette vision de la femme avec celle des femmes fortes et ingénieuses qui constituent les pierres de la Cité des dames ? Ces femmes-là sont-elles des exceptions qui confirment la règle d’une soumission féminine ?

[club] Christine de Pizan – Exemples

Dans la Cité des Dames, Christine de Pizan entreprend de recenser les exemples de femmes ingénieuses, courageuses ou fortes qui contredisent le discours misogyne selon lequel les femmes seraient stupides, peureuses et faibles.

En cela, elle reprend une veine initiée par Boccace dans Le livre des femmes illustres et qui se poursuivra après elle avec des ouvrages comme celui de Gilles Ménage au XVIIe siècle.

Ce qui est intéressant, c’est que les exemples qu’elle prend sont, d’une part, souvent empruntés à Boccace, de l’autorité duquel elle se réclame, et, d’autre part, tirés de la mythologie mais présentés comme véridiques. L’argument de Christine, qu’elle reprend à Boccace, est à chaque fois que des personnages comme Cérès ou Isis ont d’abord été des reines ou des femmes remarquables avant de devenir l’objet d’un culte par leurs contemporains et de passer pour des divinités ensuite. C’est une hypothèse intrigante mais intéressante, qui peuple l’Antiquité de figures féminines marquantes…

…et qui pourrait constituer un programme de lecture pour ce bookclub ! Dans la Cité des Dames, Christine de Pizan se livre en effet au même travail que nous : mettre en lumière le talent, le génie, le travail de femmes le plus souvent oubliées ou peu connues du grand public. Mais nos buts divergent sans doute, puisque là où elle cherche à prouver l’intelligence et la force féminines afin de les défendre (sa “cité” est pensée comme une “forteresse” et elle-même se veut le “champion” qui défend les femmes contre leurs accusateurs (p. 42)), nous avons à coeur de réfléchir, à chaque fois, sur le type de discours féministe produit par ces femmes ou que l’on peut induire de leurs oeuvres et de leur vie.

Enfin, il me semble amusant de relever que le premier exemple que Christine donne afin de contrer l’argument de l’incapacité féminine, c’est le sien propre ! Elle indique en effet qu’elle a des “inclinations” qui, si elle en croyait le discours misogyne, l’assimilerait à un homme… et en vient à désespérer d’être née femme. Mais elle prouve aussi, par là même, que les qualités que les misogynes dénient aux femmes, elle-même les possède, ce qui constitue une objection de poids.

[club] Christine de Pizan – Vie d’une femme de lettres au Moyen Âge

La premier chapitre de la Cité des Dames nous donne des indications sur le mode de vie de Christine de Pizan, qui n’est pas sans faire écho à nos précédentes lectures dans ce bookclub.

En effet, Christine indique qu’elle a reçu la visite des 3 vertus alors qu’elle était “assise dans (s)on étude, tout entourée de livres traitant des sujets les plus divers”. Elle précise qu’elle s’y adonne à “l’étude inlassable des arts libéraux”, soit la rhétorique, la grammaire, la dialectique pour le trivium et l’arithmétique, la géométrie, la musique et l’astronomie pour le quadrivium, selon son “habitude” et une “discipline qui règle le cours de (s)a vie”. Enfin, elle indique à la fin du premier paragraphe qu’elle interrompt une lecture lorsque sa mère vient l'”appeler à table”.

On trouve là une des conditions évoquées par Virginia Woolf pour que les femmes puissent écrire : disposer d’une “chambre à soi”. Ici, la chambre est même une “étude” chargée de livres…

Cela signale par là même le niveau de vie plutôt confortable de Christine, au vu du coût des manuscrits à l’époque : il fallait abattre un troupeau de bêtes afin d’avoir assez de parchemin pour constituer un manuscrit, ce à quoi s’ajoutait le prix des encres et le travail, généralement long de plusieurs mois, du copiste – même si Christine copiait elle-même et économisait sur ce poste budgétaire, il n’en reste pas moins que la détention d’une bibliothèque personnelle était un luxe réservé aux couvents et aux princes. On retrouve là une autre condition énoncée par Virginia Woolf  pour avoir un poids civique et social : avoir de l’argent à soi (cf Trois guinées).

Enfin, le fait que ce soit la mère de Christine qui administre la vie du ménage et non Christine elle-même signale une troisième condition : le loisir. Bien que veuve et mère de trois enfants, Christine réussit à avoir le temps pour faire vivre toute sa famille de sa plume. Est-ce parce que ses enfants étaient en nourrice puis placés, pour la fille au couvent, pour un de ses fils auprès de protecteurs d’influence? Est-ce grâce à une gestion intelligente de l’intendance domestique ? En tout cas, Christine n’est pas l'”Ange du foyer” que décrit Virginia Woolf comme le stéréotype de la femme sous l’ère victorienne ; elle se rapproche plutôt d’une figure masculine, ce qu’elle dit elle-même en stipulant que du jour où elle entreprit de gagner sa vie avec sa plume, elle devint “mâle”.

Comment penser dès lors la vie de Christine de Pizan : comment celle d’une femme ou comme celle d’un homme ?

[club] Christine de Pizan – Références littéraires

La Cité des Dames, écrit en 1405, précède  le Trésor des 3 vertus. Dans la Cité des Dames, Christine voit apparaître 3 figures allégoriques. Ces 3 figures correspondent à 3 vertus : Droiture, Justice et Raison. Ce sont ces 3 vertus que l’on retrouve dans le Trésor des 3 vertus.

En s’adonnant à un dialogue avec des figures allégoriques, Christine s’inscrit dans une tradition littéraire bien établie. Dans la Consolation de la philosophie, Boèce voit en effet apparaître, dans sa geôle et avant son exécution, des figures allégoriques féminines comme Fortune ou Philosophie. Or la Consolation de la Philosophie de Boèce est une des grandes références de l’époque, pour tous les lettrés.

On trouve aussi de telles allégories dans le Roman de la Rose, et c’est cela qui nous intéresse davantage. Cet ouvrage se compose de deux parties dont l’une, qui s’inscrit dans la tradition courtoise, a été écrite par Guillaume de Lorris et la seconde, satirique et qui s’en prend fréquemment aux femmes, a été rédigée par Jean de Meung. Et c’est contre le discours misogyne de ce texte connu dans toute l’Europe occidentale que s’élèvera Christine, initiant ainsi un grand débat autour de la question de la femme.

En écrivant la Cité des Dames, Christine de Pizan rédige donc le pendant du Roman de la Rose, un pendant féministe s’opposant au discours misogyne de son temps.