Durant la première partie, Mathilde est la femme de Lotto. Il est difficile de la définir autrement. C’est son identité. Elle lui est entièrement dévouée et il la voit comme une sainte, même si vers la fin de la première partie, son admiration semble ébranlée.
La deuxième partie du livre pose une question : qu’est-ce qui arrivent aux femmes de génie quand le génie meure. Le livre propose une réponse à travers la voix de la compagne de Gertrude Stein, Alice B. Toklas p. 373 : « I am nothing but a memory of her ». Mathilde est autre chose que le souvenir de Lotto, parce qu’elle est aussi Aurélie… Elle a sa vengeance. Elle est aussi vengeance et colère. La deuxième partie du roman découvre les secrets de Mathilde : elle gagne une identité. Pendant toute la première partie, elle était active, prenait des décisions, existait. Elle est en fait un personnage bien plus intéressant que Lotto p. 272 « She was the interesting one ».


Comments

1 réaction

  1. admin le 19 septembre 2018 à 18 h 36 min

    L’auteur choisit également de marquer cette différence de statut de Mathilde en adoptant une focalisation différente dans la première et dans la deuxième partie : la première épouse le point de vue interne de Lotto, la seconde celle de Mathilde (puisque Lotto est mort, évidemment – mais c’est aussi un peu comme si la conscience de Mathilde ne pouvait être entendue qu’une fois son mari disparu).

Nom (requis)

Email (requis)

Site web

Laissez un commentaire