discussions

[club] Thérèse d’Avila – Vices et vertus au féminin

La vanité est souvent pointée du doigt comme un vice féminin de la part de Thérèse d’Avila, aussi indique-t-elle la perfection de la “modestie” de sa mère : “malgré sa beauté, elle ne donna jamais lieu de penser qu’elle en faisait quelque cas”.

Thérèse d’Avila confesse à de nombreuses reprises sa propre vanité, mais aussi ses attachements forts à des religieux et à des religieuses, qu’elle juge dangereux. S’agit-il de narcissisme, du désir de plaire ? Je trouve que le texte n’est pas toujours clair, comme si l’auteur voulait rester évasive…

Auteur

elodie.pinel@gmail.com

Commentaires

Daisy
15 mai 2012 à 20 h 25 min

Je pense qu’elle pense aussi à des relations inappropriées (sexuelles ou à tendance sexuelles), au désir de plaire, d’être aimé, remarqué par des humains alors que Dieu seul compte.
Il y a aussi une part de préjugé sur les femmes (Cf. infra)



admin
15 mai 2012 à 20 h 59 min

C’est aussi à cela que j’ai pensé, mais en l’absence de certitude… Difficile de savoir !



Daisy
16 mai 2012 à 5 h 36 min

On ne pourra jamais être absolument sûres, mais Thérèse me semble avoir les pieds sur terre et être consciente du mal. Elle a donc conscience des dérives réelles dans l’Eglise.



Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *