[club] Sabina Splierein – La femme, rien que la femme, toute la femme en psychanalyse

Sabina_SpilreinLe cas Sabina Splierein est exemplaire pour notre réflexion sur les rapports entre femmes et psychanalyse. En effet, d’abord patiente, celle-ci, soignée par Jung, devient à son tour analyste.

Bien sûr le cas n’est pas unique : Marie Bonaparte a été analysée par Freud puis a ouvert un cabinet, par exemple.  De plus, il y a là plutôt une règle qu’une exception : pour devenir analyste, il faut avoir été analysé. Mais nous sommes, avec Sabina Splierein, aux tous débuts de la psychanalyse : Carl Jung était psychiatre avant de devenir psychanalyste, il a été praticien avant d’être analysé.

Ce qui est intéressant dans le cas de Sabina Splierein, c’est que ce n’est pas n’importe quelle patiente : sa pathologie est la matrice (féminine, si on ose dire), de la psychanalyse, l’hystérie. La profondeur de sa réflexion sur le désir de mort et le principe de destruction, qui amèneront Freud à formuler l’idée de la pulsion de mort, est aussi spectaculaire que ses symptômes. Son choix de soigner des enfants délinquants par la psychanalyse lorsqu’elle reviendra vivre en Russie, sa capacité à surmonter le transfert vis-à-vis du Dr Jung en se mariant et en fondant une famille, font d’elle une femme hors du commun.

Le tragique de sa mort (juive, elle est exécutée par les nazis en 1942 avec ses deux filles) en font, selon moi, une héroïne (méconnue) de la psychanalyse et du XXe siècle.

 

Ce contenu a été publié dans discussions. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

1 réponse à [club] Sabina Splierein – La femme, rien que la femme, toute la femme en psychanalyse

  1. daisy dit :

    Oui, je ne suis tout à fait d’accord. C’est une héroïne à plusieurs titres.

    1) Elle est à surmonter les traumatismes de l’enfance, ce qui en fait une adulte exemplaire.
    2) Elle a surmonté les contraintes de son époque imposées aux femmes, ce qui en fait une femme exemplaire.
    3) Elle a su tirer profit de sa souffrance pour se rendre utile à la société, ce qui en fait un être humain exemplaire.
    4) Elle a surmonté l’abus de pouvoir de Jung (voir autre poste), ce qui est exemplaire également. Elle a été seule contre tous.
    5) Elle est, et cela n’est comparable avec rien d’autre, une victime du nazisme. Son intelligence, son courage ont été perdus en raison de cette folie. heureusement son oeuvre a été rétrouvée, preuve que le nazisme a perdu.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *