discussions

[club] Luce Irigaray – Ethique de la différence sexuelle : Lieu sans lieu

[photopress:vide.jpg,thumb,pp_image]Je voulais enfin revenir sur l’idée, étrange à mon sens, que la femme n’aurait pas de lieu, contrairement à l’homme dont la femme serait le lieu car le réceptacle. Et sur l’idée que l’homme cherche à habiter quand la femme se contente de percevoir.

Je rejoins ici ce que tu dis des présupposés d’Irigaray : je ne vois pas où elle va chercher de telles thèses ! Dès qu’il s’agit d’assigner à l’un ou l’autre sexe des particularités exclusives, le raisonnement achoppe nécessairement sur des exception ; la raison en est que l’identité sexuelle est beaucoup plus complexe et nuancée que le ralliement à un ensemble de valeurs et de comportements pré-définis. La féminité, comme la virilité, sont des inventions, des créations et ajustements perpétuels : je me rallie ici à Butler qui y voit des rôles que chacun peut interpréter différemment.

Auteur

elodie.pinel@gmail.com

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *