[club] Hildegarde de Bingen – Question de la création

Hildegarde comme Thérèse nous amène à nous interroger sur la création littéraire.

Hildegarde semble refuser la maternité de son œuvre. Tout se passe comme si elle n’était l’auteure de rien. Tout vient de la “lumière sereine”, elle n’est qu’un “misérable vase d’argile” (p.84). Elle n’est que la bouche et la main de Dieu. On retrouve la même modestie que chez Thérèse d’Avila.

Certaines féministes aujourd’hui y voient une stratégie pour obtenir de l’autorité. En tant qu’elle-même, elle n’aurait pas été écoutée. Cela me rappelle ces auteures de la Renaissance qui appelaient l’autorité de Platon, de Montaigne

Je pense qu’il faut nuancer l’argument de la stratégie, car Hildegarde est croyante. Elle croit donc sincèrement écrire ce que Dieu veut, tout comme Thérèse. Il y a une place, je crois, pour une réflexion sur l’inspiration. Hildegarde est inspirée par sa foi.

Il y a cependant une œuvre plus discrète où elle est auteure : elle ne fait pas qu’y retransmettre ses visions. Ses traités de médecine sont également plus personnels…

Ce contenu a été publié dans discussions. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

1 réponse à [club] Hildegarde de Bingen – Question de la création

  1. admin dit :

    La question de l’inspiration divine est également cruciale à propos de ses visions, parce que ce sont des textes religieux : qu’on soit homme ou femme, prétendre parler de Dieu quand on n’est pas théologien, c’est s’exposer à des soupçons d’hérésie si ces textes sont assumés comme étant inventés de bout en bout, sans l’aide de l’inspiration divine.
    C’est, selon certains critiques, ce qui serait arrivé à la béguine Marguerite Porete, qui a été brûlée en 1310 pour hérésie : dans son ouvrage, elle ne disait pas être inspirée par Dieu ; les propos qu’elle y tenait pouvaient donc lui être imputés s’ils n’étaient pas dans la droite ligne de l’Eglise.
    Reste que beaucoup de femmes auteurs de textes religieux insistent sur cette inspiration et aussi sur leur incapacité de femme à écrire seules : “parce que tu es timide pour parler et peu habile pour exposer et peu instruite pour écrire ces choses”, lui souffle l’inspiration (p. 21). Cette inspiration protège des soupçons d’hérésie les hommes et les femmes et, pour les femmes en particulier, elle donne l’autorisation d’écrire sans complexe.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *