[club] Elizabeth Browning – Aurora Leigh : Portraits de femmes

Il me semble que les portraits de femmes dressés dans Aurora Leigh sont assez stéréotypés : il y a la femme victime (Marian Erle), innocente et pure, et justement malmenée par le monde à cause de sa naïveté ; la femme machiavélique, égoïste, vaniteuse et narcissique (Lady Waldemar) qui conçoit l’amour comme une bataille, une prise de possession et l’autre comme un faire-valoir ou un instrument ; enfin, il y a la femme froide, frustrée, bigote et incapable d’aimer (la tante d’Aurora). Les seuls portraits de femme originaux sont ceux d’Aurora et de sa mère (portrait suggéré plus que dessiné) : ce sont des femmes libres, fortes, qui prennent leur vie en main et n’ont pas peur du danger. Mais leur destinée n’en sont pas heureuses pour autant, au contraire. La liberté est difficile à conquérir, et celles qui ont le tempérament pour la revendiquer apparaissent comme une sorte d’élite, de privilégiée : en dehors de ce cercle clos, la femme est toujours réduite à un rôle restreint au sein de la société.
Le féministe d’EBB serait-il donc élitiste ?

Ce contenu a été publié dans discussions. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *