discussions

[club] Louise Labé – La mort des amants

Louise Labé reprend le thème de la mort d’amour de manière originale dans le sonnet XIII : “Si de mes bras le tenant acollé, / (…) La mort venoit, de mon aise envieuse : / Lors que souef plus il me baiseroit, / Et mon esprit sur ses levres fuiroit, / Bien je mourrois, plus que vivante, heureuse.” En mettant le bonheur par-delà la vie, Louise Labé propose une nouvelle définition, amoureuse, de l’existence. Il y a là une aspiration qui peut évoquer pour nous les grandes héroïnes (Juliette, Mme Bovary) : mais cet absolu est-il spécifiquement féminin ?

Auteur

elodie.pinel@gmail.com

Commentaires

daisy
2 septembre 2011 à 21 h 08 min

Non, ce n’est pas féminin… Tous les poètes romantiques étaient amoureux d’une morte et rêvait de la rejoindre. Le suicide de Werther etc.



Répondre à daisy Annuler la réponse

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *