Archives mensuelles : juin 2014

[club] Melanie Klein – Apports à la psychanalyse

mkleinMelanie Klein a apporté plusieurs idées nouvelles à la psychanalyse des enfants, notamment l’idée de la cure par le jeu et celle de la fonction du transfert négatif, mais aussi celle de la cure comme processus éducatif normal.

Là où Freud, avec des adultes, utilise la libre association, le discours libre, Klein a recours, avec les enfants, au jeu. C’est à travers le jeu que l’enfant transforme ses sentiments, peurs, fantasmes, en histoires ou en micro-situations. Et n’est-ce pas là, en quelque sorte, le laboratoire de toute création artistique qui ne soit pas un pur divertissement, c’est-à-dire qui ne cherche pas appliquer des recettes pour plaire à un public rangé d’avance dans une catégorie étriquée ?

De plus, elle accepte de ne pas inspirer d’emblée la confiance à l’enfant analysé mais de provoquer son rejet. Le tout est d’entendre et de comprendre ce rejet, ce refus de coopérer. Cela me semble une attitude beaucoup plus honnête que la volonté d’inspirer confiance dès le début : la confiance se construit, vouloir l’initier le plus tôt possible expose à forcer des traits, à se grimer ou à se rogner, d’où à construire une relation (analytique) sur le mensonge, un mensonge que la cure passera son temps à déconstruire… Autant affronter le problème dès le début et montrer, à travers cela, qu’un refus n’est pas la fin d’une relation mais une étape nécessaire à sa construction.

Enfin, il peut sembler extrême de préconiser la cure pour tout enfant, même celui qui ne présente aucun problème, mais après tout n’est-ce pas la démarche que mène les écrivains du moi comme Montaigne (cité par MKlein sur le jeu enfantin) par exemple ? Certes, ils sont adultes, et mènent une démarche d’autoanalyse. Mais je me demande dans quelle mesure tous les ouvrages d’éducation d’aujourd’hui nous exhortant à comprendre les émotions des enfants n’entrent pas dans cette ligne d’une cure l’air de rien auprès d’enfants sans problème, d’une cure comme instrument d’éducation et qui est à penser comme préventive plutôt que comme curative.

[club] Mélanie Klein – Les enfants cobayes

klein_34“Les enfants cobayes”, c’est l’expression utilisée par Kristeva p. 46. Melanie Klein a en effet utilisé plusieurs fois ses observations à l’égard de ses enfants pour écrire des articles. De plus, elle analysait l’un d’entre eux pendant une heure tous les soirs avant le coucher.

Cela nous ramène à la question que nous nous étions posées à propos de Freud et d’Anna : en quoi un tel procédé a-t-il des effets (négatifs) sur les enfants analysés ? En quoi peut-il biaiser, également, des conclusions qui se veulent aussi établies rationnellement que possible ?

[club] Melanie Klein – Un parcours exemplaire

Melanie_Klein_c1890 Je voudrais revenir sur le parcours personnel de Melanie Klein. Son mariage n’a pas été heureux, elle a eu 3 enfants avec un homme qu’elle n’aimait pas, a souffert de l’ingérence d’une mère toxique. Elle n’a pas fait d’études. Pourtant, elle a réussi à mener un parcours intellectuel et professionnel que beaucoup peuvent lui envier. Ce parcours, elle l’a initié à 38 ans : elle commence alors “tout juste à faire montre d’une riche créativité, jusqu’alors freinée” (p. 45).

Melanie Klein a donc dû se libérer de plusieurs entraves, sociales et familiales, avant de pouvoir s’épanouir comme individu. Que l’on partage ou non ses idées, on ne peut faire abstraction du fait qu’elle a su se défendre jusqu’au bout, sans douter d’elle-même (allant même jusqu’à adopter parfois un ton un peu péremptoire). C’est là un parcours courageux et exemplaire, à mon sens.

[club] Mélanie Klein – Clin d’oeil aux “reines du crime”

klein_36Les auteures de romans policiers sont des “déprimées réconciliées avec a mise à mort et qui se souviennent qu’au commencement était le sadisme envieux, et qui ne cessent de s’en guérir en le racontant”. Rappelons qu’Anna Freud adorait les romans policiers, que Kristeva en a écrits. Il a manqué à MK une langue maternelle pour écrire des romans policiers. Elle a été une détective de la psychanalyse. p.222

[club] Mélanie Klein – Réhabilitation du rôle de la mère.

mKlein3MK réhabilite le rôle de la mère dans le développement de l’enfant. Freud rencontrait des difficultés dans sa pensée et dans ses analyses parce qu’il négligeait le rôle de la mère. Rappelons nous le cas de Dora. A l’inverse, comme le concède Kristeva on peut reprocher à Mélanie Klein de ne pas s’occuper assez du père. Le génie de MK selon Kristeva est d’avoir vu l’importance de la relation à la mère dans toute son ambiguïté. p.397 Elle a “lié, par le négatif, le sort du féminin à la survie de l’esprit”. Il faut reconnaître qu’elle a redonné sa place au féminin dans la vie psychique du bébé.

[club] Mélanie Klein – La psychanalyste, une science moins sexiste?

klein londresLe cas de Mélanie Klein, comme avant celui de Marie Bonaparte ou d’Anna Freud, nous oblige à remarquer que la psychanalyse compte beaucoup de femmes parmi ces pionniers, en particulier dans l’entourage de Freud. On pourrait répondre que c’est parce qu’elle est née avec les mouvements d’émancipation des femmes à la fin du XIXème siècle…. Mais cela me parait insuffisant. Il me paraît remarquable de voir le nombre de femmes qui ont choisi la psychanalyse, qui ont pu s’émanciper grâce à elle… La psychanalyse serait-elle moins sexiste ou en d’autres termes est-elle moins touchée par la domination masculine (au sens de Bourdieu)? Si oui, alors on ne peut pas l’accuser de définir les femmes comme inférieures. L’enjeu est énorme!
D’autre part peut-on dire qu’il y a une spécificité de la psychanalyse qui la rend plus adaptée aux femmes? Les femmes font-elles de meilleures analystes? Kristeva dans sa biographie de Mélanie Klein suggère que oui en raison du rôle maternel de l’analyste. Mais n’a-t-on pas tous, hommes ou femmes un côté féminin?
Je n’ai pas de réponse, juste quelques éléments. D’abord je pense qu’il faut faire attention aux préjugés. Comme quoi les femmes écouteraient mieux etc. Ensuite, il me paraît évident que Mélanie Klein ou Anna Freud ont profité de la nouveauté, du fait que la psychanalyse n’était pas encore reconnue. Il n’était pas question pour elle de devenir médecin, mais la psychanalyse c’était différent… Marie Bonaparte a pu s’y intéresser car cela était vu comme un hobby et pas comme un métier. Enfin, je ne peux que remarquer que Freud ne s’est pas opposé à l’admission des femmes dans les cercles de psychanalyse. Au contraire en encourageant la psychanalyse profane, par des non médecins, il a permis aux femmes de devenir plus vite analystes.