L’épitre dédicatoire à Clémence de Bourges commence comme un texte qui pourrait être nettement plus contemporain…A mon avis au XIXème, il passe très bien. Et jusqu’en 1960. Incroyable combien le sort des femmes a mis longtemps a évolué!

[club] Louise Labé – Censurée

septembre 2, 2011 | admin | 1 Réaction

On a essayé de faire oublier Louise Labé parce qu’elle était une femme. Encore une femme auteure et intellectuelle qu’on a voulu censurer… Les armes sont les mêmes : attaque de sa réputation, mise en avant d’œuvres mineures… On peut se demander si Louise Labé est l’exception qui confirme la règle ou si d’autres femmes […]

Louise Labé reprend le thème de la mort d’amour de manière originale dans le sonnet XIII : « Si de mes bras le tenant acollé, / (…) La mort venoit, de mon aise envieuse : / Lors que souef plus il me baiseroit, / Et mon esprit sur ses levres fuiroit, / Bien je mourrois, plus […]

Louise Labé se fait le chantre de la douleur : dans ses Sonnets, la femme n’est plus la dame de la relation courtoise, cruelle car insensible, mais un être sensible, perméable aux émotions (« Car je suis tant navree en toutes par, / Que plus en moy une nouvelle plaie, / Pour m’empirer ne pourroit trouver […]

Traditionnellement, le sonnet amoureux est le fait d’un homme qui chante les beautés d’une femme et son désir pour elle. Avec Louise Labé, la relation change : c’est une femme qui dit son désir amoureux. Comme pour les poètes masculins, le destinataire du poème est une figure évanescente, plus une fiction qu’un être réel. Mais […]